DJI commercialise l’Avata, un drone de petite taille qui se pilote en immersion avec un casque, et qui peut se faufiler partout pour réaliser des images impressionnantes.

Cela vous intéressera aussi

En mars 2021, DJI avait fait forte impression en dévoilant son DJI FPV, un dronedrone que Futura avait testé et qui nous avait impressionnés. Avec son casque, il permettait de s'initier au pilotage en immersion qu'affectionnent les racers, c'est-à-dire les pilotes de drone évoluant très rapidement sur des circuits. Grâce à ses assistances, le drone pouvait être pris en main par un débutant et un expert pouvait le débrayer pour retrouver le pilotage propre aux drones racers.

Aujourd'hui, la marque chinoise revient sur ce segment avec l'Avata. Le principe est identique, avec un drone et un casque FPV. Mais, cette fois, le drone quitte son allure racée pour plus de sobriété au bénéfice d'une taille réduite qui lui permet de se faufiler un peu partout. Il est doté de carénagescarénages d'hélices pour éviter la casse et les blessures lors des évolutions. Notons que celles-ci disposent chacune de cinq pales, contrairement au DJI FPV qui en comprenait trois.

Le corps de l'aéronefaéronef est constitué essentiellement de la batterie. Celle-ci s'enfiche dans une structure rudimentaire, sans doute pour l'alléger et mieux encaisser les chocs. Sous l'aéronef se trouvent deux capteurscapteurs pour évaluer la distance par rapport au sol. Contrairement au DJI FPV, on ne trouve les capteurs de proximité à l'avant. Prudence donc, lors des évolutions, surtout si l'on s'aventure dans le mode Sport ou que l'on débraye en mode manuel avec son pilotage très particulier.

Disponible en option, le nouveau casque DJI Goggles 2 est plus léger que le précèdent. Il dispose d’une luminosité et d’une définition accrue. © DJI
Disponible en option, le nouveau casque DJI Goggles 2 est plus léger que le précèdent. Il dispose d’une luminosité et d’une définition accrue. © DJI

À l'avant, on trouve la caméra suspendue avec son capteur 1,17 pouce de 48 mégapixels. Elle représente l'équivalent d'un 35 mm avec un angle de vue de 155°. Elle peut être inclinée et dispose d'une stabilisation numérique. Avec elle, l'Avata se considère comme un drone « cinewhoop », c'est-à-dire un drone racer doté d'une caméra suffisamment performante pour réaliser des séquences filmées de haute qualité.

Un nouveau casque FPV

Au niveau du casque, il y a du changement. Le casque est plus léger, il perd deux de ses quatre antennes, ce qui donne l'impression de porter des petites cornes. Elles peuvent être repliées, pour éviter de les démonter lorsque l'on veut disposer de place pour ranger le casque. Les deux écrans s'améliorent et disposent d'une définition de 1.920 x 1.080 avec une forte luminosité et une latence de 30 millisecondes selon DJI. Pour régler ces écrans à sa vue, deux molettes sont disponibles sous le casque. Pour ceux qui souffrent de problèmes de vue, le constructeur livre deux supports pour lentilleslentilles de corrections à ajouter aux écrans.

Avec une vidéo 4K/60fps, un champ de vision de 155 degrés et un algorithme de stabilisation amélioré, DJI Avata est le drone d'expérience de « vol ultime ». © DJI

Côté réglages, plutôt que le minuscule joystick et ses boutons implantés sur le casque, on utilise désormais une surface tactilesurface tactile pour les commandes. Cela se fait à partir du côté droit du casque. Pour ce qui est de la radiocommande, on peut connecter le même modèle que celle du DJI FPV. Le joystick contrôleur de mouvements est également disponible.  

Armé de sa batterie, le drone Avata pèse un peu plus de 400 grammes. À l'intérieur, vous pouvez faire ce que vous souhaitez, mais à l'extérieur, côté réglementation en théorie au niveau européen, il se positionne en sous-catégorie limitée et nécessite d'être accompagné d'un observateur. Début 2024, il sera classé en sous-catégorie A3 et sa plage d'utilisation sera beaucoup plus restrictive. Pour le moment, en France, pas besoin de l'enregistrer sur le portail AlphaTango et d'ajouter un autocollant doté du numéro d'immatriculation.

Pour les tarifs, le drone est disponible en différentes versions à partir de 579 euros sans casque ni radiocommande. On le trouve en mode Bundle à partir de 1.149 euros avec le même casque que le DJI FPV et le contrôleur de mouvementsmouvements. Il passe à 1.429 euros si l'on opte pour le nouveau casque appelé DJI Goggles 2. Les batteries supplémentaires sont vendues 119 euros l'unité.