La start-up française Dracula Technologies a mis au point des modules photovoltaïques organiques écologiques, capables de rendre autonomes en énergie des objets connectés même en faible condition d’éclairage. Une techno Deeptech promise à un bel avenir.

Capteur de température, d'humidité, détecteur de fuméedétecteur de fumée, carte électronique, badge d'accès, équipements de la maison (domotique)... D'ici 2025, le monde comptera 41,6 milliards d'objets connectés, selon une étude du cabinet IDC. Un rythme de croissance effréné qui pose le problème de l'alimentation en énergieénergie de tous ces appareils. Pour contourner les piles et batteries au lithiumlithium, la start-up française Dracula Technologies a mis au point des modules photovoltaïques capables de générer de l'électricité à partir de lumièrelumière ambiante, naturelle ou artificielle. L'innovation de cette start-up valentinoise a d'ailleurs été sélectionnée parmi les lauréats des prix de l'innovation du CES 2021 à Las VegasVegas, avec le titre d'Honoree. 

Voir aussi

Retrouvez le projet Dracula Technologies et d'autres start-up issues du monde entier en réalité virtuelle sur le live Futura x 3D EXPERIENCE Lab de Dassault Systèmes 

Des modules photovoltaïques efficaces même en lumière artificielle

Grâce à ces modules, les objets sont autonomes en énergie et utilisables à l'intérieur de bâtiments ou d'usines. « Les cellules solaires classiques en siliciumsilicium sont très efficaces en lumière extérieure, mais peu performantes en intérieur, où la luminosité est 10 à 1.000 fois inférieure », explique Sadok Ben Dkhil, directeur technique chez Dracula Technologies. Les cellules photovoltaïques organiques captent, elles, un spectrespectre lumineux différent, ce qui les rend plus efficaces avec des lampes LEDLED ou fluorescentes, majoritairement utilisées pour l'éclairage intérieur.

Image du site Futura Sciences

Ultrafins, les modules photovoltaïques de Dracula Technologies sont encapsulés dans un support PET souple et flexible, étanche à l’eau et la poussière. © Dracula Technologies

Des modules écologiques et recyclables

Dracula Technologies a mis au point un système baptisé LAYER, pour « Light As Your Energetic Response » (la lumière comme réponse énergétique), qui repose sur la maîtrise d'un procédé de fabrication de cellules photovoltaïquescellules photovoltaïques organiques par impression numérique. « Les modules sont constitués de cinq couches de matériaux, photosensibles pour les unes, conductrices pour les autres, tel un mille­feuille », explique Brice Cruchon, le directeur et fondateur de Dracula Technologies. L'ensemble est encapsulé sur un support en PETPET souple et flexible de manière à être totalement étanche aux aléas climatiques ou à la poussière, et équipé d'une connectique qui permet de l'intégrer à n'importe quel support. Le module peut ainsi adopter une forme prédéfinie (par exemple le logo d'une marque). « Contrairement aux cellules photovoltaïques classiques en silicium, nos modules sont remplaçables et entièrement recyclables, assure Brice Cruchon. Ils nécessitent très peu de matièrematière première : à peine un gramme de matériaux organiques pour un mètre carré de panneau solairepanneau solaire. »

Modélisation du module Dracula Technologies en 3D ©3DEXPERIENCE Lab  
Modélisation du module Dracula Technologies en 3D ©3DEXPERIENCE Lab  

Le module fournit une faible quantité d'énergie (150 à 300 microwatts pour 5 cm2 et une luminosité de 500 à 1.000 luxlux, typiquement celle d'une lampe de bureau), mais c'est largement suffisant pour rendre autonome en énergie un capteur de températurecapteur de température, un interrupteur ou un détecteur de présencedétecteur de présence. « Grâce à notre partenariat avec la plateforme 3DEXPERIENCE Lab de Dassault Systèmes, nous avons pu concevoir le design du module et simuler son intégration à différents objets, témoigne Brice Cruchon. La plateforme nous a également permis le partage d'informations entre tous les collaborateurs. »

Une commercialisation prévue en 2021

Fruit de sept années de recherche et développement, la technologie de Dracula Technologies est protégée  par six brevets et a fait l'objet d'une soixantaine de publications scientifiques. Associée à des partenaires comme le CNRS, l'Université d'Aix-Marseille ou encore Airbus, Dracula Technologies vient de lever 2,2 millions d'euros pour lancer la pré-industrialisation de sa technologie. Cette levée de fonds a été complétée par un crédit bancaire et une campagne de financement via la plateforme WiSeed. Implantée à ValenceValence, dans la Drôme, la société compte déjà plusieurs clients dans l'électronique ou la domotique, en France et à l'international.

Le saviez-vous ?

Dassault Systèmes encourage l’innovation au travers de sa plateforme 3DEXPERIENCE en accompagnant les start-up de deux ans à cinq ans au sein du programme 3DEXPERIENCE Lab mettant à disposition des logiciels 3D pour concevoir, modéliser et industrialiser leurs innovations ainsi que des mentors. Les projets sélectionnés doivent apporter un bénéfice social et environnemental et ainsi résoudre un enjeu de société dans le cadre des 17 objectifs définis par l'ONU.

Dracula Technologies

  • Domaine : Énergie solaire
  • Date de création : 2011
  • Employés : 20 personnes
  • Localisation : Valence (France)
  • Fondateur : Brice Cruchon

Article réalisé en partenariat avec les équipes de Dassault Systèmes.