Tech

Femtocells : une borne GSM à domicile !

ActualitéClassé sous :technologie , téléphonie mobile , Femtocell

Grâce à ces microcellules, un opérateur GSM peut apporter son service - et son abonnement - à domicile. Une formule qui démarre aux Etats-Unis.

Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT

L'opérateur américain Sprint a lancé il y a peu une nouvelle offre de convergence de téléphonie mobile et fixe. Baptisé Sprint Airave ce service propose l'installation d'une borne relais à domicile afin d'étendre la couverture du réseau GSM sur une zone limitée appelée "femtocell", moyennant un abonnement mensuel de 15 dollars auxquels vient s'ajouter le prix de l'équipement (49,99 dollars). La borne doit être reliée à une connexion Internet haut-débit et agit comme une version miniature d'une BTS (Base Transceiver Station) en encapsulant le trafic CDMA sur le réseau IP.

L'extension de la couverture à domicile prend tout son sens aux Etats-Unis où la réception du signal de téléphonie mobile est souvent très médiocre à l'intérieur des bâtiments. Mais c'est surtout la deuxième fonctionnalité offerte par le service qui risque d'intéresser les abonnés : dans la zone couverte par la borne (jusqu'à 460 m2 d'après Sprint), les appels sont gratuits et illimités dès qu'ils sont émis ou reçus dans la limite de couverture (rappelons qu'aux Etats-Unis, des minutes sont décomptées du forfait même lors de la réception d'appels). Tous les services mobiles classiques (répondeur et SMS en tête) continuent de fonctionner normalement. De plus, un abonné ayant souscrit à Airave peut profiter des avantages du service à partir de n'importe quelle borne. Cependant le transfert des appels entre le réseau mobile extérieur et la femtocell n'est pas vraiment sans couture : les communications initiées hors zone de la borne installée à domicile ne basculent pas sur Airave, l'utilisateur doit raccrocher et réémettre son appel pour profiter du service. En revanche le transfert est opérationnel dans l'autre sens.

Abonnement double

Le choix technique de Sprint permet d'assurer une compatibilité maximum car l'utilisateur n'a pas à changer de terminal de réception. T-Mobile a quant à lui adopté une solution différente, à l'instar de certains opérateurs français. Depuis fin juin 2007, l'offre HotSpot@Home utilise la technique Unlicensed Mobile Access (UMA) qui permet de passer de manière transparente pour l'abonné entre le réseau mobile et un réseau Wi-Fi domestique. Bien que l'offre soit réellement sans couture (les appels émis et reçus sont automatiquement transférés du Wi-Fi au GSM et inversement), elle nécessite un téléphone compatible et un abonnement mensuel de 20 dollars. Mais l'idée reste la même, à savoir rendre obsolète l'utilisation d'un téléphone fixe en offrant des appels gratuits et illimités depuis son domicile avec son téléphone portable.

D'autres opérateurs se montrent intéressés. AT&T (ex-Cingular) a annoncé cet été rechercher des équipementiers afin de proposer une solution équivalente en s'appuyant sur des femtocells. Google a de son côté récemment investi 25 millions de dollars dans Ubiquisys, une entreprise anglaise qui développe des produits à base de femtocells.

L'avenir de ces solutions domestiques est encore difficile à prévoir aux Etats-Unis. Contrairement à l'Europe, les marchés de la téléphonie mobile et d'Internet haut-débit sont dominés par des opérateurs différents, et l'apparition d'offres quadruple-play est aujourd'hui difficilement envisageable. La convergence fixe-mobile entre donc en concurrence directe avec les abonnements triple-play des fournisseurs d'accès Internet. Est-il raisonnable de penser que les utilisateurs accepteront de payer deux formules de téléphonie illimitée, surtout si une de celle-ci prend la forme d'une option dans un abonnement existant ? La réponse sera donnée par les abonnés dans les mois qui viennent.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi