Pour éviter tout piratage, le patron de QuadrigaCX ne stockait pas les porte-feuilles de ses clients en ligne. Maintenant qu'il est mort, c'est ce qui empêche de débloquer des millions d'euros de Bitcoin et autres monnaies virtuelles. © MichaelWuensch, Pixabay

Tech

Cryptomonnaie : 169 millions d'euros bloqués après la mort du patron de QuadrigaCX

ActualitéClassé sous :technologie , cryptomonnaie , BitCoin

Décédé en décembre dernier, à l'âge de 30 ans, Gerald Cotten était le P.-D.G. d'une célèbre plate-forme d'échange de cryptomonnaies. Dans la tombe, ce Canadien a emporté un secret très bien gardé qui vaut des dizaines de millions d'euros : le mot de passe de son ordinateur chiffré.

Président-directeur général du plus grand site d'échange de cryptomonnaies au Canada, Gerald Cotten est décédé en Inde le 9 décembre dernier à l'âge de 30 ans, suite à des complications dues à la maladie de Crohn. L'affaire aurait pu se résumer à un simple drame privé, sauf que le défunt était le seul à connaître les mots de passe donnant accès aux porte-feuilles contenant la monnaie virtuelle, rendant impossible toute tentative de récupérer les fonds.

Le site, nommé QuadrigaCX a déposé une demande pour être placé sous la protection de la loi contre les faillites car le site doit plus de 250 millions de dollars canadiens, soit plus de 169 millions d'euros à 115.000 clients. Certains fonds ont pu être récupérés, mais la majeure partie est détenue dans des portefeuilles sous forme, notamment de 26.500 Bitcoin, 430.000 Ether, ainsi que des millions de dollars en Bitcoin Cash SV, Bitcoin Gold et Litecoin. Soit un total d'environ 125 millions d'euros.

De l’argent parti en fumée ?

Le problème est que ces fonds sont stockés dans des portefeuilles « froids », autrement dit hors ligne. Ils sont ainsi protégés contre toute forme de piratage en ligne, et donc impossibles à récupérer sans les codes. Ceux-ci se trouvent sur l'ordinateur du P.-D.G. qui a été chiffré. Et il était le seul à en connaître le mot de passe.

Les rumeurs vont bon train sur la véracité des faits, au point que le site CoinDesk a publié le certificat de décès de Gerald Cotten. Les cryptomonnaies sont impossibles à tracer, et certains sites ont ainsi monté des arnaques pour partir avec le butin. Si le site obtient une protection légale, les propriétaires des comptes perdront toute possibilité d'attaquer l'entreprise en justice. Pour l'heure, QuadrigaCX a obtenu une ordonnance de protection de 30 jours pour tenter de récupérer les fonds.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi