Tech

Chine : un bus géant qui évite les embouteillages bientôt sur la route ?

ActualitéClassé sous :technologie , straddling bus , bus chevauchant

Lancé en 2010 par les autorités chinoises, le straddling bus est un concept de bus-tunnel électrique sur rails sous lequel les voitures peuvent circuler. Cet engin étonnant est présenté comme une alternative au métro. Il serait moins onéreux à déployer et permettrait d'éviter les embouteillages monstres qui paralysent les grandes villes du pays.

Voici à quoi pourrait ressembler le « bus chevauchant » dont la Chine veut s’équiper pour résoudre ses problèmes de circulation urbaine. Il est suffisamment large et haut pour que les voitures puissent circuler en dessous comme dans un tunnel. Un bus de ce type pourrait transporter jusqu’à 1.400 passagers. © China TBS, YouTube

Un bus de ville capable de transporter jusqu'à 1.400 passagers en circulant non pas sur mais au-dessus de la route ? L'idée, que l'on pourrait croire tout droit sortie d'un récit de science-fiction, est sur le point de se concrétiser en Chine. Le straddling bus, que l'on peut traduire par « bus chevauchant » est un véhicule de transport en commun inédit. On peut le décrire comme un bus dont la largeur de 7,8 mètres occuperait l'équivalent de deux voies de circulation. L'engin est perché à 2,2 mètres et il roule sur des rails intégrés de part et d'autre de la chaussée. Un enjambeur géant en quelque sorte.

La largeur et la hauteur sont suffisantes pour que des voitures circulant sur deux voies parallèles puissent passer sous le bus, comme si elles traversaient un tunnel. Ce bus électrique à accordéon aura une vitesse maximale de 60 km/h. Une solution moins onéreuse que la création de lignes de métro. En effet, selon Song Youzhou, l'ingénieur qui a imaginé ce bus du futur, son coût n'excéderait pas 15 % de celui d'un métro.

De plus, d'après lui, un straddling bus pourrait remplacer 40 bus classiques et ainsi réduire la consommation annuelle de carburant de 800 tonnes et les émissions de carbone de près de 2.500 tonnes. L'intérêt écologique semble évident alors que de nombreuses villes chinoises étouffent littéralement sous les émissions polluantes provoquées principalement par les industries et la circulation routière.

Cette vidéo tournée la semaine dernière lors du salon International High-Tech Expo, à Pékin (Chine), montre une maquette fonctionnelle du « bus chevauchant ». L’idée de construire ce moyen de transport alternatif au métro a été lancée en 2010, mais n’a jusqu’à présent pas abouti. Son concepteur assure que des essais avec un prototype auront lieu cet été. © New China TV

Un bus imaginé il y a plus de 45 ans

Le développement économique de la Chine, avec à la clé l'amélioration du niveau de vie de millions de personnes, a entraîné un essor fulgurant du nombre de voitures. Selon des chiffres cités par le Wall Street Journal, chaque année depuis 2010, plus de 20 millions de nouveaux automobilistes viennent grossir le trafic en Chine. Les conditions de circulation sur les axes les plus fréquentés sont cauchemardesques et engendrent une hausse des comportements agressifs voire violents. En août 2010, le pays a connu un embouteillage de plus de 100 kilomètres de long présenté comme étant le « pire du monde ».

Face à ce défi colossal, l'idée du bus enjambeur ne paraît plus si délirante. Encore faut-il que le projet aboutisse... car l'idée ne date pas d'aujourd'hui. Comme le rappelle le site TreeHugger, le concept fut imaginé dès 1969 par deux architectes, Craig Hodgetts et Lester Walker, qui voulaient repenser la ville de New York (États-Unis). Quarante ans plus tard, Song Youzhou a repris l'idée à son compte et proposé ce straddling bus. C'était en 2010 et, malgré l'intérêt qu'a suscité le projet, rien de bien concret n'en est sorti.

Cependant, lors du salon International High-Tech Expo qui s'est tenu la semaine dernière à Pékin, en Chine, Transit Explore Bus, la société fondée par Song Youzhou, est venue avec une maquette animée que le public a pu admirer. Selon l'agence de presse étatique Xinhua, un prototype taille réelle est en cours d'assemblage et sera testé cet été dans la ville de Changzhou (province du Jiangsu). Rendez-vous donc d'ici quelques mois pour savoir si ce bus est oui ou non une arlésienne...

Cela vous intéressera aussi

Kézako : comment se forment les embouteillages routiers ?  Même si le trafic routier est très semblable à l’écoulement d’un fluide, c’est principalement la psychologie des conducteurs qui est à l’origine du premier ralentissement lors d'un embouteillage. Unisciel et l’Université de Lille 1 nous expliquent avec le programme Kézako comment naît ce phénomène.