CES Las Vegas : vraies innovations et gadgets inutiles. © Duncan Rawlinson, Flickr

Tech

CES Las Vegas : le meilleur et le pire du salon 2020

ActualitéClassé sous :technologie , CES 2020 , bêtisier

De l'écran ultra-haute définition à 5.000 dollars au robot qui délivre du papier toilette, le Consumer Electronics Show rassemble dans un même lieu des inventions futuristes et des gadgets assez fumeux. Tour d'horizon des vraies trouvailles et des pseudo-innovations de l'édition 2020.

Le Consumer Electronics Show, qui s'est tenu du 7 au 10 janvier 2020, est le plus grand salon mondial consacré à l'innovation technologique, avec plus de 4.000 exposants présents cette année. Des produits futuristes aux petites inventions du quotidien, on y trouve absolument tout. Découvrez le top et le bêtisier du CES 2020.

Le meilleur du CES 2020

  • La tablette pliable

Après les téléphones portables à l’écran pliable présentés l'an dernier par Samsung et Huawei, le fabricant chinois Lenovo a présenté lors du CES 2020 la première tablette 2-en-1 qui se plie pour se transformer en ordinateur portable. Le ThinkPad X1 Fold est une tablette de 13 pouces dotée d'un écran Oled. Une fois pliée en deux, on l'utilise comme un portable, la partie inférieure faisant office de clavier virtuel. On peut aussi ajouter un clavier physique Bluetooth. Prix de cette petite merveille : 2.500 dollars. Un peu cher pour une tablette ou un mini-PC.
 

  • La télévision se réinvente

Alors que les ventes de téléviseurs sont en baisse, les fabricants ont présenté une foison de nouveautés pour tenter de relancer le marché. Samsung, LG et Sony ont dévoilé des écrans 8K dotés d'une définition de 7.680 x 4.320 pixels. Également en vue, l'écran qui s'enroule, à l'instar de la TV R de LG qui disparaît totalement dans sa base pour se transformer en barre de son. Samsung a de son côté annoncé un téléviseur passant de l’horizontale à la verticale comme un téléphone.
 

  • Le vélo électrique qui plane sur l’eau

Lors des prochaines grèves de transport à Paris, vous pourrez peut-être emprunter la Seine en enfourchant l'Hydrofoiler XE-1, un vélo à assistance électrique avec lequel on pédale sur l'eau. Développé par l'entreprise néo-zélandaise Manta5, ce vélo dispose de foils en fibre de carbone qui permettent de « planer » au-dessus de l'eau. Doté d'une autonomie de 60 minutes, il devrait être commercialisé au mois d'avril.
 

  • Le pare-soleil qui ne bouche pas la vue

Les petites innovations qui améliorent le quotidien sont parfois tout aussi importantes que les annonces tonitruantes. C'est le cas ici avec ce pare-soleil transparent qui permet de protéger le conducteur de l'éblouissement tout en dégageant la vue. Inventé par l'équipementier automobile Bosch, il est doté d'une caméra qui filme le visage afin de déterminer les zones à assombrir pour éviter que le soleil ne frappe les yeux du conducteur.
 

  • Une application qui transforme n’importe quelle surface en clavier

Demain vous n'aurez plus à sacrifier la moitié de votre écran de téléphone pour afficher un clavier virtuel. Le Coréen Samsung a présenté un prototype d'application baptisée SelfieType, qui permet de transformer n’importe quelle surface en clavier. Concrètement, il suffit d'agiter ses doigts et l'application détecte les mouvements pour afficher les touches. La caméra du téléphone va alors détecter quelles touches sont « enfoncées » et retranscrire le texte. Belle idée sur le papier, mais à tester.
 

SelfieType, un clavier invisible. © Samsung

Le bêtisier du CES 2020

  • Le dossard qui détecte l’humeur des chiens

Mais pourquoi diable votre labrador se met-il à aboyer sans raison ? Vous allez enfin le savoir grâce au harnais Inupathy, qui capte les battements de cœur de votre toutou pour déterminer s'il est heureux, intéressé, excité ou stressé et vous signaler son humeur avec un code couleur. Inventé par l'entreprise japonaise Langualess, il s'adapte à toutes les tailles, du chihuahua au saint-bernard (en admettant que les deux races partagent les mêmes émotions).
 

Inupathy, un harnais pour connaître l'humeur de votre chien. © Langualess

  • Le robot-chat sans tête

Il faut se sentir bien seul au monde pour craquer sur une boule de poils sans tête qui ronronne et remue la queue quand on le caresse. Inventé par la compagnie japonaise Yukai Engineering, le robot Qoobo vise les seniors où les personnes allergiques aux chats. Cette année, une version mini appelée Petit Qoobo a été présentée, pour « tenir dans un sac à main ». Là évidemment, le vrai chat ne fait pas le poids.
 

Petit Qoobo, un mini-chat robotisé sans tête qui ronronne quand on le caresse. © Yukai Engineering

  • Le robot livreur de papier toilette

Après le frigo qui se déplace pour vous apporter une bière sur le canapé, le fabricant de papier toilette Charmin a songé aux étourdis qui n'ont pas pensé à faire le plein de papier toilette avant de se rendre au petit coin. Le Rollbot court à votre rescousse pour vous apporter un rouleau en cas de besoin. À condition d'avoir son smartphone sur soi (au risque de le faire tomber dans la cuvette des toilettes), que le papier soit déjà stocké sur le robot, et de ne pas avoir fermé la porte à clé.
 

  • Le canular de la patate connectée

Il y a au moins un Français qui s'est fait remarquer au salon CES : Nicolas Baldeck, un inventeur grenoblois, a loué un stand pour présenter sa « patate connectée » avec laquelle on peut connecter son portable en Bluetooth ou lui poser des questions via Siri et Alexa. Le jeune Français cherchait ainsi à se moquer des innovations parfois absurdes présentées sur le salon.
 

L'invention d'un Français : la patate connectée. © Nicolas Baldeck

  • Le masque filtrant transparent

La pollution de l’air tue, mais heureusement pas le ridicule. Le masque filtrant Atmōs, mis au point par la startup américaine AO Air, ressemble vaguement à une visière de casque de moto que l'on aurait placée devant le nez. Contrairement à la plupart des masques purificateurs d'air, l'Atmõs est transparent et ne cachera donc pas votre beau sourire, vante l'entreprise. De plus, il crée une poche d'air devant le visage et nécessite donc moins d'effort des poumons. Dommage pour les habitants de New Delhi engloutis par la pollution qui hésiteront sans doute à dépenser 350 dollars (sans les recharges) pour cet accessoire.
 

Le masque Atmõs ressemble à une visière de casque de moto. © AO Air

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi