Le Celera 500L est conçu pour émettre 80 % de moins de carbone qu’un avion d’affaires équivalent. © Otto Aviation
Tech

Ce drôle d'avion expérimental pourrait révolutionner le transport touristique

ActualitéClassé sous :technologie , avion , comptabiliser les émissions de gaz à effet de serre

Pouvant emporter six passagers sur plus de 8.300 kilomètres, le Celera 500L peut réduire de 80 % ses émissions de carbone par rapport à un avion d'affaires équivalent, en raison de sa forme particulière.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Kézako : comment faire voler un avion ?  Dans le monde, il décolle environ un avion par seconde. Un siècle après ses débuts, l'aviation est devenu un moyen de transport parmi les plus sûrs. Comme un oiseau, un avion vole parce qu'il a des ailes, lesquelles génèrent une force appelée portance. L’université de Lille 1, avec le programme Kézako, nous explique ce principe dans cette courte vidéo didactique. 

Avec son aspect de dirigeable à l'allure élancée et un nom équivoque, le Celera 500L semble sorti d'un film d'anticipation ou de la bande dessinée Black et Mortimer. Et pourtant, il ne s'agit pas d'une vue artistique, mais d'un véritable prototype ayant déjà réalisé 31 vols d'essais. Conçu par Otto Aviation, le Celera 500L promet des performances et un rendement exceptionnels.

L'appareil est propulsé par un moteur V12 Diesel délivrant une puissance de 500 ch, ce qui est rare pour un avion de tourisme. On trouve ce moteur sur quelques appareils, dont le Yak-52 et un avion d'épandage. Avec lui, le monomoteur sera capable d'atteindre une vitesse maximale de croisière dépassant les 724 km/h. Son autonomie se situera autour de 8.330 kilomètres. Selon l'avionneur, l'économie de carburant serait huit fois plus conséquente que celle d'un avion d'affaires équivalent.

Le Celera 500L est conçu pour transporter jusqu'à six passagers. © Otto Aviation

Optimiser l’écoulement laminaire

Pour réduire son empreinte carbone et augmenter son rendement, le Celera 500L a su optimiser l'écoulement des flux d'air autour de la carlingue, des ailes et de l'empennage. Optimiser le flux d'air sur le fuselage consiste à améliorer son écoulement laminaire. Dans le cas du Celera 500L, l'aérodynamisme permet de faire glisser le plus lentement possible l'air sur la surface et éviter que les différentes couches d'air se mélangent et viennent engendrer de la traînée. Cette forme étrange ovoïdale allongée, associée à des ailes longues, fines et étroites, permet de réduire la traînée jusqu'à 59 % et donc améliorer considérablement la portance. Au final, l'avion émet 80 % de moins de carbone qu'un avion d'affaires équivalent.

Le Celera 500L est capable de transporter six passagers dans une cabine haute de 1,85 mètre et devrait entrer en service en 2025, après une certification émanant des autorités américaines programmée pour 2023.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !