Pour son voyage autour de la Lune, la mission Artemis 1 de la Nasa embarquera Callisto, une tablette animée par l’assistante Alexa d’Amazon. Même si ses fonctionnalités seront limitées, il s'agira du premier passager virtuel d'une mission spatiale.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Artemis : découvrez le véhicule Orion en vidéo Vidéo-animation de la première mission inhabitée du véhicule spatial Orion. © ESAnull

En mars, le vaisseau spatial OrionOrion devrait décoller vers la LuneLune dans le cadre de la mission Artemis 1 de la NasaNasa. Cette mission marquera les prémices du retour de l'Homme sur la Lune. Artemis 1 permettra d'évaluer les capacités d’Orion à mener la mission et à revenir sur Terre depuis son orbiteorbite lunaire. La cabine sera vide, on y trouvera seulement un mannequin pour simuler un astronauteastronaute et également une tablette tactile appelée CallistoCallisto. Cette dernière est animée par une version hors-ligne et adaptée d’Alexa, l'assistante vocale d'Amazon. Le système de communication par visio est supporté par la plateforme de téléconférence de Cisco WebEx.

Ce test en grandeur nature permettra de s'assurer que le comportement d'Alexa répondra aux objectifs des futures missions. Mais comment est-ce que le géant Amazon est parvenu à faire embarquer son assistante virtuelle à bord du vaisseau spatial ? Grâce à un accord entre le constructeur de la capsule Orion Lockheed Martin et la Nasa. C'est l'avionneur qui a décidé de lui-même de développer un assistant à commandes vocales. Pour y parvenir, il s'est rapproché d'Amazon, et également de Cisco. Ce sont les deux sociétés qui ont financé l'intégration d’Alexa dans la mission. Ce partenariat est d'ailleurs autorisé par l'accord signé entre Lockheed et la Nasa. Cette dernière bénéficie également du remboursement des moyens qu'elle a engagés pour aider à cette intégration.

La tablette Callisto porte le nom du compagnon de la déesse Artémis dans la mythologie grecque. Elle intègre une version hors-ligne de l’assistante vocale Alexa. Elle pourra répondre à certaines questions et ses commandes vocales seront limitées à la gestion de l’éclairage de la cabine. © Nasa
La tablette Callisto porte le nom du compagnon de la déesse Artémis dans la mythologie grecque. Elle intègre une version hors-ligne de l’assistante vocale Alexa. Elle pourra répondre à certaines questions et ses commandes vocales seront limitées à la gestion de l’éclairage de la cabine. © Nasa

Un placement de produit lunaire !

Les commandes vocales devraient permettre aux astronaute d'ajuster l'éclairage de la cabine, ou bien de communiquer avec leurs proches sur Terre à partir du système mis au point par Cisco. Pour le moment, il n'est pas vraiment prévu d'aller beaucoup plus loin que des commandes de base. L'assistante pourra toutefois accéder aux données de télémétrietélémétrie et sera capable de répondre à certaines questions concernant la vitessevitesse de déplacement, par exemple.

On est donc encore loin d'embarquer le Hal 9000 parano de 2001, l'odyssée de l'espace. La Nasa n'a d'ailleurs pas encore approuvé l'utilisation de cette tablette sur les futures missions habitées d'Artemis. Pour le moment, aucun astronaute n'a encore testé le procédé, même au sol. De même, personne ne peut dire si le système de visio WebEx de Cisco sera capable de fonctionner une fois en orbite lunaire. Dans tous les cas, que le projet de tablette Callisto soit opérationnel ou bien rejeté par la Nasa, il aura encore une fois donné une excellente visibilité à une marque qui n'en n'a pas forcément besoin.