Tech

Les pirates de Kazaa ne sont pas que des voleurs

ActualitéClassé sous :Tech , kazaa

-

Malgré ce que laisse entendre la Recording Industry Association of America (Riaa), les utilisateurs de Kazaa et autres descendants de Napster ne sont pas que des voleurs.

Les pirates de Kazaa ne sont pas que des voleurs

Une étude Nielsen/Netratings indique que plus des deux tiers des internautes états-uniens qui utilisent des outils P2P de manière illégale pour obtenir de la musique sont aussi des consommateurs légaux de disques.

Ce sondage, dont la fiabilité peut-être mise en cause par les plus sceptiques, montre que plus de 70% des consommateurs de musicales "illégales" dans les trente derniers jours ont acheté des disques dans les trois derniers mois.

Nielsen/Netratings porte donc - involontairement - un coup à l'argumentaire des associations qui représentent les intérêts des maisons de disque.
Deux questions alors. Premièrement, si ce n'est pas les échanges P2P qui font s'effondrer les ventes de disques, qu'est-ce donc ? La qualité médiocre de certains artistes ? Deuxièmement, la Riaa représente-t-elle de manière intelligente les majors ? Au regard de ce sondage, qui reste soumis aux erreurs et approximations liées à cet exercice, la Riaa a peut-être eu tort de montrer les dents si vite et de diaboliser les internautes.

Hélas, la machine répressive est en marche, difficile dès lors de faire entendre de nouveaux arguments.

Cela vous intéressera aussi