Tech

Phishing : attention, l'arnaque est au bout du fil

ActualitéClassé sous :Tech , phishing , téléphonie sur internet

-

Si le nombre de tentatives de phishing par e-mail ne faiblit pas, il semblerait bien qu'une autre technique devienne de plus en plus à la mode : « l'hameçonnage » par téléphone. Après les courriels invitant les internautes à composer un numéro et à communiquer leurs données confidentielles, les arnaqueurs utilisent maintenant la voix sur IP et des serveurs vocaux pour vous appeler. Attention, l'arnaque est au bout du fil...

Après avoir combiné courriel et VoIP, les dernières tentatives de phishing ne reposent plus que sur la téléphonie

On commençait à être habitué aux manœuvres de phishing « traditionnelles », comme la réception d'un courriel nous invitant à prendre contact avec notre banque pour régulariser une situation ou, à l'occasion de la dernière Coupe du monde de football en Allemagne, nous annonçant que l'on vient de gagner des places. S'ensuivait souvent la même arnaque : on nous invitait par e-mail à cliquer sur un lien nous renvoyant non vers le site officiel et sécurisé en question, mais vers un site miroir, avant de nous demander d'entrer des données confidentielles.

Pour lutter contre ces tentatives frauduleuses d'extorsion d'informations, les banques invitaient leurs clients à entrer en contact avec elles par téléphone plutôt que par e-mail. Hélas, les arnaqueurs ont pris la balle au bond et se sont naturellement tournés vers la VoIP... On se souvient de l'affaire de la banque Santa Barbara Bank & Trust, l'une des premières à avoir intégré la téléphonie : les internautes recevaient un courriel leur demandant de composer un numéro puis d'entrer leur code de carte bleue. Dernièrement, l'attaque est d'une plus grande ampleur, puisqu'elle vise Paypal, un service utilisé par des millions de personnes dans le monde.

Si Paypal est touché par une arnaque combinant e-mail et téléphonie, de nouvelles techniques de phishing ne reposent plus que sur la VoIP. Ces dernières consistent en la composition aléatoire de nombreux numéros. Lorsque la victime décroche, une fausse boîte vocale bancaire l'avertit d'importantes opérations débitrices sur son compte et lui communique le numéro d'un serveur vocal qu'elle doit appeler au plus vite pour régulariser sa situation. Bien entendu, la fin reste la même : l'internaute est prié de composer le numéro de sa carte bleue, son code secret, ses références bancaires...

Que ce soit par courriel, par téléphonie, ou par un mélange des deux, il convient donc de rester prudent dès lors que l'on nous demande de fournir des informations confidentielles. On avait l'habitude de voir l'arnaque dans sa boîte e-mail, il faudra s'habituer à la voir au bout du fil...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi