Tech

Le petit chantage : nouvelle mode chez les escrocs

ActualitéClassé sous :Tech , Reuters , chantage

Selon l'agence Reuters, la mode est désormais au chantage à petite échelle. Des escrocs ciblent les employés de petites entreprises en les menaçant, par email, d'effacer des fichiers importants ou de copier des images pédophiles sur leur poste. Ils réclament le paiement d'une vingtaine d'euros par virement sur un compte bancaire.

La cible est facile : des employés de petites entreprises, rarement experts en informatique. Ils reçoivent un email les menaçant d'effacer des fichiers importants sur leur poste de travail, ou bien d'y copier des images pédophiles et de prévenir les autorités. Pour éviter cela, il "suffit" de payer une petite somme, généralement entre 20 et 30 euros, par virement sur un compte bancaire dont les coordonnées sont fournies dans l'email.

Selon l'agence Reuters, qui révèle l'affaire, les employés visés paient souvent avec leur propre carte bancaire, en espérant en rester là. Et c'est bien sûr ce qu'attendent les escrocs, sauf qu'eux gagnent sur deux tableaux : ils récupèrent évidemment l'argent (quelques centaines de tentatives à 20 euros pièce font déjà un petit pactole facile), mais ils ont également identifié un "pigeon" plus faible que les autres, qu'ils pourront soumettre ultérieurement à d'autres arnaques plus lucratives.

Il est bien sûr vivement recommandé de ne jamais céder à un tel chantage et de systématiquement prévenir les autorités. Le plus souvent, les auteurs du courrier n'ont pas les moyens d'effacer ou de copier quoi que ce soit sur le poste de travail : il s'agit d'un bluff. Et même si ca devait être le cas pour une minorité des victimes, les sauvegardes sont là pour récupérer les documents effacés, et les images pédophiles ne sont après tout qu'un chef d'accusation supplémentaire à leur mettre sur le dos, en plus de l'extorsion de fonds. Pourquoi se priver de ce plaisir ?

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi