Tech

Le FBI se méfie des "war spammers"

ActualitéClassé sous :Tech , war driving , war spammers

-

Dans une communication récente, le FBI (Federal Bureau of Investigation) rappelle aux internautes que le "war driving" n'est pas sans risque. Les "war drivers" ordinateurs portables sous le bras, courent les quartiers d'affaires et les zones résidentielles à la recherche de points d'accès à l'Internet haut débit sans fil, WiFi principalement (norme de type 802.11).

Etant donné qu'un seul point d'accès peut couvrir jusqu'à 500 mètres et que les réseaux sans fil ne sont pas toujours protégés, l'opération est aisée.

Le principal objectif des "war drivers" est de se connecter à Internet et de surfer gratis. Les "war spammers" ont d'autres motivations.

Les "war spammers" s'immiscent dans les réseaux mal sécurisés afin d'accéder et d'utiliser des données confidentielles : fichiers, messages et carnets d'adresses électroniques, numéros de cartes bancaires déposés sur Internet, etc. L'ordinateur piraté peut également être utilisé pour l'envoi d'e-mails non sollicités (spams).

Nicholas TOMBROS, inculpé dans le cadre de l'Operation Web Snare menée l'été 2004 par le FBI et ses partenaires, est le premier "war spammer" à avoir été condamné aux Etats-Unis dans le cadre du Can Spam Act.

Pour éviter d'être victime du "war driving/spamming", le FBI rappelle la marche à suivre lors de la configuration d'un réseau sans fil domestique ou d'entreprise : activer les options de sécurité et de cryptage des données (clé WEP ou WPA), modifier la clé régulièrement, changer les valeurs par défaut notamment le nom du réseau (le SSID), activer l'adresse MAC (Media Access Control).

Bienvenus dans le "Wireless World" !

Cela vous intéressera aussi