Grâce à la géolocalisation, les applications peuvent découvrir beaucoup d’informations privées. © Sikov, Adobe Stock
Tech

Votre smartphone vous espionne à votre insu et c’est effrayant

ActualitéClassé sous :smartphone , cyberespionnage , localisation

-

[EN VIDÉO] Kézako : comment crypte-t-on les données sur Internet ?  La cryptographie est la plus ancienne forme de chiffrement. On trouve des traces de son utilisation jusqu'en 2.000 avant J.-C. Cette technique encore utilisée aujourd’hui, notamment sur le Web, dévoile ses mystères en vidéo grâce au programme Kézako d'Unisciel et de l'université Lille 1. 

Une nouvelle étude s'est intéressée à la quantité d'informations collectées par les smartphones. En utilisant uniquement la géolocalisation, deux chercheurs ont pu découvrir des informations comme l'état de santé, la religion et même l'ethnicité des utilisateurs.

Jeux en réalité virtuelle, applis de rencontres, de cartographie, de météo... Toutes ces applications mobiles demandent l'accès à vos données de localisation, mais elles collectent en réalité bien plus d'informations. Deux chercheurs, de l'université de Bologne et de l'University College de Londres, viennent de publier une étude s'intéressant aux informations privées des utilisateurs qu'il est possible d'inférer uniquement grâce à la géolocalisation.

Un groupe de 69 volontaires a installé une application nommée TrackAdvisor qui piste leurs déplacements et créée spécialement pour l'étude. Elle a collecté plus de 200.000 localisations dans 2.500 lieux. TrackAdvisor a ainsi pu inférer plus de 5.000 informations personnelles. Les volontaires pouvaient noter si ces inférences étaient justes et relevaient de la vie privée. Les chercheurs ont découvert de nombreuses informations notamment sur la santé, la situation socio-économique, l'ethnicité et la religion des participants.

L’intelligence artificielle pour analyser les données

« Grâce aux techniques d'apprentissage automatique, ces données fournissent des informations sensibles comme le domicile des utilisateurs, leurs habitudes, ce qui les intéresse, leurs données démographiques et des informations sur la personnalité des utilisateurs » a précisé le chercheur italien Mateo Benni.

Il s'agit de la première étude de cette ampleur. En 2019, le site Kotaku s'était intéressé aux données de 10 volontaires collectées par Niantic, développeur de jeux mobiles de réalité augmentée comme Pokémon Go. Leurs conclusions étaient alors similaires, mais cette nouvelle étude est beaucoup plus précise, notamment grâce à l'intelligence artificielle. Pour contrer cette invasion dans la vie privée, les chercheurs imaginent un système conçu pour alerter les utilisateurs lorsqu'ils se rendent dans des lieux comme des hôpitaux, ou qui bloque la collecte de données depuis les tiers.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !