Déjà disponible aux États-Unis, Google Fi est un opérateur de téléphonie mobile virtuel. Il pourrait bien arriver en Europe, où le géant d’Internet vient de déposer la marque.


au sommaire


    Réservé pour le moment au public américain depuis début mars 2018, le service Google Fi pourrait bien débarquer en Europe et peut-être même, en France. C'est, en tout cas, ce que laisse supposer l'enregistrement de cette marque auprès de l'Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO)). Cette intention est également renforcée par des discussions entre GoogleGoogle et certains opérateurs européens.

    Avec ce service, Google pourrait alors débarquer en France en tant qu'opérateur de réseau mobile virtuel (MVNO ou en anglais, Mobile Virtual Network OperatorMobile Virtual Network Operator). Comme Auchan, La Poste, NRJ Mobile ou encore des banques comme le CICCIC ou Crédit Mutuel, le géant de l'Internet louerait alors l'utilisation du réseau partagé par les quatre opérateurs français pour le revendre sous la forme d'un forfait prépayé. Google ferait également profiter d'un maillage de réseaux Wi-Fi environnant qu'il gère pour passer les appels et envoyer les SMS.

    Des freins à l’arrivée de Google Fi en France

    Mais voilà, en Europe et surtout en France, le géant de l'Internet va devoir réviser ses tarifs pour pouvoir faire face à la concurrence. Aux États-Unis, le forfait Google Fi de base, comprenant les appels et les SMS illimités, coûte 20 dollars, auxquels il faut ajouter 10 dollars supplémentaires par tranche de 1 Go de données consommées. Ramené à l'euro, ce forfait est, bien entendu, loin d'être concurrentiel par rapport à ceux fournis par les opérateurs français.

    Il faut dire qu'outre-Atlantique, les prix des forfaits sont exorbitants. Ils tournent autour de 50 dollars et le tarif gonfle si l'on utilise beaucoup de données. L'autre frein à l'arrivée du service en France est qu'il est limité à certains mobiles. Les smartphones Pixels et Nexus de la marque Google sont donc privilégiés. On trouve aussi quelques modèles chez LG et Motorola et bientôt les OnePlus, les iPhone ainsi que certains mobiles SamsungSamsung. Autrement dit, face à des forfaits à prix mini et ouverts à tous les mobiles, Google risque fort d'avoir du mal à se faire une place en France.

    Voir aussi

    Découvrez notre comparateur de forfaits mobiles