Surfant sur la mode des tatouages métalliques, Microsoft Research et le MIT ont développé un processus de fabrication simple et peu onéreux qui permet de créer des tatouages communicants. © Microsoft Media/MIT Lab

Tech

4 photos de tatouages électroniques surprenants

ActualitéClassé sous :smartphone , Tatouage électronique , DuoSkin

-

Microsoft Research et le MIT ont conçu des tatouages temporaires dotés de fonctions de communication, très simples à fabriquer. Baptisés DuoSkin, ils pourraient servir à piloter un smartphone, échanger des informations par liaison sans fil ou encore changer de couleur en fonction de la température corporelle.

Et si les tatouages n'étaient pas uniquement esthétiques mais aussi fonctionnels ? C'est l'idée portée par le concept du DuoSkin sur lequel ont conjointement planché Microsoft Research et le MIT (Massachusetts of Technology). L'idée de départ est assez simple : créer des tatouages électroniques temporaires, capables de se muer en interfaces de communication.

Pour ce faire, les chercheurs ont eu recours à un matériau conducteur à la fois biocompatible, relativement robuste et facile à mettre en œuvre une feuille d'or est imprimée sur du papier à tatouage, qiu sera ensuite appliquée sur la peau. Des motifs variés peuvent être dessinés à l'aide d'un logiciel de conception graphique classique. La fabrication commence par la création d'un pochoir dudit motif dans du papier à tatouage recouvert d'un film vinyle sur lequel la feuille d'or est déposée. L'électronique est connectée par l'intermédiaire de câbles très fins incorporés dans le tatouage.

Parmi les applications que rendent possibles les tatouages DuoSkin figure le contrôle des interfaces par des gestes tactiles. La méthode pourrait notamment servir à contrôler le lecteur de musique d'un smartphone pour changer de morceaux ou régler le volume. © Microsoft Media, MIT Lab

DuoSkin : payer ses achats avec son tatouage

Il existe actuellement trois sortes de DuoSkin. Le premier permet de créer une interface tactile qui reproduit le fonctionnement d'un bouton, d'un curseur ou encore d'un pavé d'ordinateur portable, grâce auxquels il serait possible, par exemple, de contrôler l'interface du lecteur de musique d'un smartphone ou de prendre des appels téléphoniques si l'on utilise un kit mains-libres.

La deuxième application DuoSkin repose sur l'emploi de pigments thermochromiques. Le tatouage réagira alors à la température corporelle. Différentes parties du motif peuvent ainsi changer de teinte selon les circonstances.

Le tatouage peut incorporer une puce NFC qui servira à stocker des informations pouvant être lues par un terminal compatible. © Microsoft Media, MIT Lab

Le troisième usage possible porte sur le transfert d'informations en champ proche. Une puce NFC est intégrée au tatouage, ce qui permet de stocker des informations qui pourront ensuite être lues au moyen d'un smartphone ou de tout autre appareil compatible.

Dans les applications envisageables, l'équipe de Microsoft Research et du MIT évoque les billets électroniques qui pourraient être enregistrés dans le tatouage et lus à l'entrée d'un cinéma ou d'une salle de concert ou encore la possibilité d'accomplir des paiements électroniques.

Les tatouages électroniques peuvent également intégrer des Led.© Microsoft Media, MIT Lab
Cela vous intéressera aussi

Dissolution en direct d’un circuit électronique  Des composants électroniques solubles dans l’eau, par exemple des diodes, des résistances et des condensateurs, ont été créés. La preuve en images.