Un virus peut se cacher dans l'un des composants de la carte mère. © Rodger Shija, Pixabay
Tech

Ce nouveau malware, découvert dans l’UEFI, est le pire scénario pour l’ordinateur

ActualitéClassé sous :Sécurité , Bios , malware

-

Ce n'est que la deuxième fois que ça arrive : des pirates ont réussi à intégrer un malware dans l'UEFI, ce micrologiciel qui relie la carte mère au système d'exploitation. C'est le pire scénario possible et l'éditeur Kaspersky en a découvert une nouvelle forme sur deux ordinateurs.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Qu'est-ce qu'une cyberattaque ?  Avec le développement d'Internet et du cloud, les cyberattaques sont de plus en plus fréquentes et perfectionnées. Qui est derrière ces attaques et dans quel but ? Quelles sont les méthodes des hackers et quelles sont les cyberattaques les plus massives ? 

La chasse aux malwares, c'est le quotidien des experts en sécurité de n'importe quel éditeur d'antivirus. Chaque jour, de nouveaux ennemis apparaissent ; il faut les débusquer et les comprendre avant d'apprendre à les éliminer. Chez Kaspersky, le dernier virus découvert est de la pire espèce, et ce n'est d'ailleurs que la deuxième fois qu'un tel spécimen apparaît. MosaicRegressor est un malware caché dans l'UEFI, et c'est aussi rare que dangereux.

L'UEFI (Unified Extensible Firmware Interface), c'est l'interface qui a pris le relais du Bios (Basic Input Output System), avec des fonctions plus évoluées. C'est ce micro-logiciel, installé sur la carte-mère, qui se lance au démarrage pour faire communiquer tous les composants entre eux, mais aussi et surtout pour accéder et lancer le système d'exploitation. Il ne peut être changé puisqu'il est lié à la carte mère, et pour l'améliorer, on peut simplement le mettre à jour. Cette opération s'appelle le « flashage » car il est installé sur un composant de mémoire Flash.

Un exemple d'interface de l'UEFI. C'est le Bios en plus évolué et en plus accessible. © MSI

Un cheval de Troie sophistiqué

Le souci est que des pirates sont parvenus à se glisser sur cette mémoire, et c'est le pire scénario possible pour la simple et bonne raison que l'UEFI se lance avant le système d'exploitation. C'est comme si un virus se glissait dans le carburant d'une voiture au moment de mettre le contact. Pour l'instant, MosaicRegressor a été aperçu sur deux ordinateurs seulement, appartenant tous deux à des diplomates asiatiques.

À chaque démarrage, MosaicRegressor vérifie si son fichier malveillant « IntelUpdate.exe » se trouve dans le dossier de démarrage de Windows. Si ce n'est pas le cas, il ajoute le fichier. Il agit ainsi comme un cheval de Troie, et il peut ensuite prendre le contrôle de l'ordinateur, puis installer ce qu'il veut. Sans que l'utilisateur ne se rende compte de sa présence. Kaspersky n'a pas encore cerné tous les dommages causés, mais le malware permet par exemple de récupérer des fichiers des systèmes sur lesquels il est installé.

Le mode d'emploi du malware montre qu'il est indispensable de connecter une clé USB d'au moins 2 Go pour mettre à jour l'UEFI. © Kaspersky

De l'espionnage pur et dur

Dans le code du virus, des indices laissent penser que les pirates viennent de Chine, et pour parvenir à leurs fins, il leur a donc fallu mettre à jour le firmware de la carte-mère. Une opération complexe, parfois vouée à l'échec, et qui nécessite forcément d'avoir accès à l'ordinateur ciblé. Ce n'est donc pas par Internet que le virus se transmet, mais d'ordinateur à ordinateur, via une clé ou un disque USB avec un firmware vérolé de l'UEFI.

Depuis peu, Kaspersky intègre une protection capable de scanner si du code malveillant est sur ce composant, et selon les chercheurs de cet éditeur, c'est sans doute l'œuvre d'espions. Pour l'instant, le grand public n'est pas concerné par des attaques de ce type. Mais le vrai danger serait que les pirates parviennent à infecter un serveur d'une grande entreprise ou d'une administration.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !