Imaginé par une équipe d’ingénieurs suédois, ce séduisant scooter électrique repose sur un châssis-carrosserie entièrement en inox fabriqué selon une technique de pliage inspirée de l’origami. Un procédé qui se veut autant esthétique que vertueux d’un point de vue environnemental.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Ce vélo électrique gonflable tient dans un sac à dos Qu’est-ce qui est plus compact et plus rapide à monter qu’un vélo pliable ? Un vélo gonflable qui pèse à peine 5 kilos roues et batterie comprise. Imaginé par l’université de Tokyo, il se range dans un sac à dos et se gonfle en 1 minute.

On ne sait pas encore exactement si ce projet de scooter électrique verra le jour, mais quoi qu'il en soit, il mérite un coup de projecteurprojecteur. Il est l'œuvre de Stilride, une entreprise suédoise qui ambitionne de révolutionner la fabrication des véhicules électriques légers grâce à une méthode de pliage robotisé de l'inoxinox inspirée de l'origami.

En partant de feuilles d'inox, le procédé, nommé Light.Fold, a permis de créer tout la structure du châssis qui fait aussi office de carénagecarénage en mariant harmonieusement les surfaces concavesconcaves et convexesconvexes. Le résultat est totalement atypique et de notre point de vue assez séduisant. Il faut noter que Tue Beijer, l'un des cofondateurs de Stilride, a collaboré avec GiottoGiotto Bizzarrini, célèbre ingénieur italien qui a travaillé notamment à la conception des mythiques Ferrari Testa Rossa et 250 GTO.

Stilride a opté pour une fourche et un amortisseur arrière issus de la moto. © Stilride
Stilride a opté pour une fourche et un amortisseur arrière issus de la moto. © Stilride

Importantes économies sur le coût de fabrication

Grâce à ce type de fabrication qui se passe d'un traditionnel châssis tubulaire qu'il faut ensuite habiller, Stilride explique que l'on supprime d'innombrables étapes couteuses financièrement et d'un point de vue environnemental. Les détails techniques à propos de Light.Fold sont succincts, mais Stilride affirme que sa technologie est prête pour une essai industriel et pourrait permettre d'économiser de 20 à 50 % sur le matériel et de 25 à 45 % sur la main-d'œuvre.

On ignore pour le moment quel type de motorisation et de batterie utilisera ce scooter. En revanche, ses concepteurs expliquent qu'ils ont choisi de le doter de roues d'assez grand diamètre et d'une suspension av/ar issue de la moto pour un meilleur agrément de conduite. Aussi prometteur que soit ce projet, le chemin jusqu'à un produit fini et commercialisable nous paraît encore long et complexe. Mais il mérite d'aboutir !

Le prototype du scooter en cours d'assemblage. © Stilride
Le prototype du scooter en cours d'assemblage. © Stilride