Des chercheurs de l’université de Stanford ont réussi à transformer un drone en véritable oiseau capable de se percher sur n’importe quelle branche. Imprimé en 3D, le mécanisme est inspiré des pattes des rapaces.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Ce drone est autant à l’aise dans les airs que sous l’eau Des chercheurs de l’université Johns-Hopkins, aux États-Unis, ont développé un drone intégralenull

La nature inspire souvent les chercheurs, qui tentent de dupliquer des techniques qui ont demandé des millions d'années d'évolution. Des ingénieurs de l’université de Stanford ont basé leur nouvelle invention sur le faucon pèlerinfaucon pèlerin. Leur article, publié dans la revue Science Robotics, détaille comment ils ont transformé un simple drone en rapace capable de s'agripper aux branches et attraper des objets.

Plutôt que d'essayer de dupliquer le mode de vol de l’oiseau, ils se sont uniquement inspirés de ses pattes. Ils ont créé deux jambes qui se terminent en pinces, montées sur un drone quadrirotor assez classique, pour lui permettre de se percher sur n'importe quelle branche.

Tel un oiseau, ces jambes robotiques ajoutées à un drone lui permet de s’accrocher aux branches. © Université de Stanford

Des jambes imprimées en 3D

Les deux pattes sont composées d'une structure imprimée en 3D similaire aux os des oiseaux, des moteurs et du fil de pêchepêche pour remplacer les muscles et tendons. Le système a été baptisé Snag (stereotyped nature-inspired aerial grasper). Chacun des deux membres contient un moteur pour contrôler la jambe et un second pour pincer. Le tout a été conçu pour absorber l'énergieénergie de l'impact et la transformer en force d'agrippement.

Le mécanisme peut être déclenché en seulement 20 millisecondes. Une fois accroché à une branche, les chevilles se bloquent et un accéléromètre indique que le drone s'est posé, démarrant un algorithme qui permet de l'équilibrer. Le même mécanisme fonctionne également pour attraper des objets au vol. Un tel robot pourrait être utilisé pour des opérations de secours, ou simplement pour surveiller l'environnement grâce à sa capacité à se poser sur n'importe quelle surface naturelle et ainsi ne pas être limité par l'autonomie très courte des drones.