Un nouveau robot de tri des déchets, capable d’effectuer 3.600 gestes à l’heure, vient d’entrer en service en France, à Amiens. Une première en Europe sur une chaîne de tri de déchets ménagers.
Cela vous intéressera aussi

Un centre de tri des déchets ménagersdéchets ménagers d'Amiens (Somme) s'est doté d'un robot trieur dopé à l'intelligence artificielleintelligence artificielle, une première européenne selon l'entreprise gestionnaire, pour moderniser un secteur du recyclage promis à une forte croissance. Installé depuis le mois de juin sur un site du groupe Veolia dans cette ville du nord de la France, le robotrobot Max AI, fabriqué par une société américaine, est capable de reconnaître certains types de déchetsdéchets indésirables sur le tapis roulanttapis roulant d'une chaîne de tri et, avec un bras articulé, de les en écarter.

« Nous l'avons installé sur une chaîne de déchets fibreuxfibreux [petits papiers et cartons, N.D.L.R.]. On lui demande de reconnaître et d'enlever tout ce qu'on ne veut pas, par exemple des pots de yaourtyaourt ou des canettes en aluminiumaluminium », explique Anne Thevenot, directrice technique et performance France du groupe. « C'est une première européenne sur une chaîne de tri de déchets ménagers », assure Bernard Harambillet, directeur de la branche RecyclageRecyclage et valorisation de l'entreprise pour la France. Ses équipes ont formé l'algorithme de Max AI à reconnaître des dizaines de milliers de types d'objets.

Le robot peut effectuer 3.600 gestes de tri par heure, contre environ 2.200 pour un opérateur humain. Pour l'instant, il apprend et a encore quelques ratés. Un opérateur passe donc derrière la machine automate pour une ultime sélection. Dans un rapport de 2014, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergieénergie (AdemeAdeme) estimait que l'automatisation des centres de tri allait engendrer la suppression de 3.500 à 5.000 emplois.

La France veut réduire de moitié le volume de déchets mis en décharge d'ici à 2025

« Les robots vont diminuer le nombre d'opérateurs sur les opérations les plus complexes et les plus sales, mais il y en aura plus sur le contrôle-qualité. Étant donné le volumevolume de déchets que l'on va devoir traiter à l'avenir, nous n'anticipons pas de baisse d'emploi », veut rassurer M. Harambillet, alors que les centres de tri emploient de nombreuses personnes en insertion.

La France s'est fixé comme objectif de réduire de moitié le volume de déchets mis en décharge d'ici à 2025, ce qui implique de mieux trier pour améliorer le recyclage, et surtout de recycler 100 % des plastiques à cet horizon, contre environ 26 % aujourd'hui. Dès 2022, tous les Français devront aussi mettre dans leur poubelle, dédiée aux déchets à recycler, tous les emballages, y compris les pots de yaourt et les barquettes alimentaires ; actuellement, ces derniers vont pour la plupart dans la poubelle « grise ». Les collectivités et les professionnels s'attendent donc à une augmentation massive du volume de plastiquesplastiques à collecter et à trier.