Tech

La RoboCup Soccer 2014 bat son plein au Brésil

ActualitéClassé sous :robotique , sport en plein air , Coupe du monde de football des robots

Du 19 au 24 juillet, le Brésil accueille une seconde Coupe du monde football : la RoboCup Soccer, une compétition qui voit s'opposer des équipes de robots autonomes dans des matchs reprenant les règles du football classique. Les organisateurs promettent que le temps est proche où les meilleurs footballeurs ne seront pas des humains.

Chaque année depuis 1997, la RoboCup réunit des dizaines d’équipes de robots plus ou moins humanoïdes, dans des compétitions de football réparties en catégories selon la taille des protagonistes. Le niveau monte chaque année. Atteindra-t-il un jour celui de nos vedettes du ballon rond ? © RoboCup

« En 2050, une équipe de football composée de robots humanoïdes autonomes affrontera les vainqueurs de la Coupe du monde de la Fifa. Et elle gagnera. » Voici le message que répètent chaque année les organisateurs de la RoboCup Soccer dont l'édition 2014 vient de débuter au Brésil. Lancée en 1997, cette compétition oppose des équipes de robots autonomes venus des quatre coins de la planète. On retrouve de prestigieuses universités (Carnegie Mellon et université de Pennsylvanie), des laboratoires de recherche ainsi que des entreprises spécialisées en robotique. Signalons la présence de la société française Aldebaran Robotics dont le robot humanoïde Nao est un habitué de la compétition.

Les compétitions ont démarré ce lundi 21 juillet et se poursuivront jusqu'à jeudi. Quatre mille ingénieurs et scientifiques de 45 pays s'affrontent par équipes de robots interposées. La compétition est divisée en quatre catégories : simulation (centrée sur le développement logiciel), robots de petite taille, de taille moyenne standard (le même robot pour tous les concurrents) et la catégorie vedette des humanoïdes. Celle-ci est subdivisée en trois tailles :

  • les robots enfants, de 40 à 90 cm de hauteur, qui s'affrontent par équipe de quatre ;
  • les adolescents, de 80 à 140 cm, opposant des équipes de deux robots ;
  • les adultes, de 130 à 180 cm, qui voient deux robots se faire face pour des séries de tirs au but (un gardien, un tireur).
Un coach prépare son équipe de robots humanoïdes pour un match de football. En arrière-plan, se tiennent plusieurs exemplaires du robot Nao conçu par la société française Aldebaran Robotics. © Valdecir Becker/RoboCup/UFPB

Des robots arbitres veillent

Si les équipes se préparent dans le plus grand secret, une fois les différentes finales jouées, elles doivent publier leurs méthodes afin de permettre à tous les participants de pouvoir progresser en vue de l'édition suivante. Il y a également des restrictions sur la partie matérielle afin de favoriser l'ingéniosité plutôt que le portefeuille. Manuela Veloso, professeure de robotique et d'intelligence artificielle à l'université Carnegie Mellon est l'une des instigatrices de la RoboCup. Elle explique qu'une des évolutions notables des dernières éditions est que les équipes ont commencé à s'inspirer du jeu et de la tactique déployés par les équipes humaines.

La professeure Veloso et son équipe travaillent également sur des robots arbitres qui vont assister les arbitres humains durant cette RoboCup. 2050 est-elle vraiment une date utopique pour voir des robots battre des humains ? Nul ne saurait le dire aujourd'hui tant les progrès de la robotique sont rapides. Et après tout, qui aurait pu prédire 36 ans auparavant qu'un ordinateur (le Deep Blue d'IBM) battrait le champion du monde d’échecs Gary Kasparov en 1997 ?

Cela vous intéressera aussi