Le robot bipède Cassie est capable de courir le 100 mètres en moins de 25 secondes. C'est très loin de ce que sont capables les humains mais le sprint reste une pratique très compliquée pour un robot.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La danse des robots Spots Pour fêter son association avec le groupe Hyundai Motor, la firme Boston Dynamics a mis en scène quelques-uns de ses robots Spot qui effectuent une danse synchronisée !

Un robot P.-D.G. en Chine, des IAIA qui pilotent des dronesdrones et des voituresvoitures, des robots tueurs..., voici maintenant que les robots se mettent à la course à pied. C'est ainsi qu'aux États-Unis, Cassie, un robot bipède a pu s'élancer et courir un 100 mètres en... 24,73 secondes. C'est environ 10 secondes de moins que ce que peut prétendre faire un humain en bonne santé et très loin des 9,58 secondes d'Usain Bolt. Cela reste néanmoins un record absolu validé par le Livre Guinness des records pour un robot bipède. 

Pour le moment, seuls des robots quadripèdes sont capables de prouesses en matièrematière de vélocité. C'est notamment le cas du champion toutes catégories, le WildCat de Boston Dynamics. Il est capable de courir sur ses quatre pattes à la vitessevitesse de 30,5 km/h. Cependant, par rapport à lui, Cassie part de loin. Il ne sait marcher que depuis un peu plus d'un an. Assemblé par l'entreprise américaine Agility Robotics et conçu par des ingénieurs de l'Université de l'Oregon, le robot a déjà fait beaucoup de progrès. Depuis, il a été testé en endurance pour parcourir jusqu'à 5 km en 53 minutes, c'est-à-dire à peu près autant qu'un humain qui marche à bonne allure.

Cassie est le robot bipède le plus véloce à l’heure actuelle. Ce n’est toutefois pas le plus rapide. © Oregon State University

Le vrai record : le départ et l’arrêt

Selon ses concepteurs, sur ce 100 mètres, ce n'est pas temps sa vélocité qui relevait de l'exploit, mais surtout sa capacité à s'élancer pour démarrer la course et à s'arrêter. Pour bien comprendre la difficulté de l'exercice, l'équipe de recherche de l'Université d’Oregon a ainsi comparé son robot à un avion dont les deux étapes les plus compliquées sont le décollage et l'atterrissage.

À noter que, pour une meilleure stabilité et pour améliorer les performances, le robot dispose des articulationsarticulations propres aux tétrapodestétrapodes, c'est-à-dire la plupart des quadripèdes. Le robot Cassie se limite essentiellement à une paire de jambes, avec un corps rudimentaire pour limiter la perte d'équilibre. Par ailleurs, Cassie dispose d'une autre particularité, le robot est capable de courir sans aucun capteurcapteur, ni caméra. C'est un humain qui doit le guider. Mais, au fait, à la réflexion, à quoi cela sert-il de faire exécuter un sprint à un robot ?