Tech

Honda présente une nouvelle version d'Asimo le robot

ActualitéClassé sous :robotique , robot , asimo

Asimo est un robot humanoïde créé par Honda et dont la première version a vu le jour il y a onze ans. Sa dernière mouture, qui vient d'être présentée au public, témoigne de progrès importants. Plus rapide, plus autonome, ce petit robot court, marche à cloche-pied et commence à parler le langage des signes...

La dernière version du petit robot de Honda, Asimo, vous salue en 2011. © Honda

Advanced Step In MObility, tel est l'acronyme qui se cache derrière Asimo, le petit robot star de la société Honda. La toute dernière version a été révélée au public et des vidéos de ses exploits sont sur YouTube.

Le nouvel Asimo pèse 48 kg, soit 6 de moins que son précédent modèle et il est haut d'1 m 30. Il peut maintenant courir à 9 km/h ce qui est presque aussi rapide que Mabel mais toujours avec une foulée qui n'est pas humaine, c'est-à-dire en levant assez peu les pieds du sol. Il peut cependant marcher ou courir en arrière ou encore sauter à cloche-pied en passant à volonté d'un mode de déplacement à un autre tout en restant stable sur des surfaces accidentées.


Éviter des humains en marchant, les accueillir, communiquer dans la langue des signes, servir à boire, courir, sauter sur un pied : le dernier né de la famille Asimo montre ce qu'il sait faire. © HondaJPPR-YouTube

Un robot pour aider les humains

Il n'est pas destiné à partir pour l'espace comme le Robonaut 2 mais à porter assistance à des humains pour différentes tâches de la vie de tous les jours. Pour cela, la dernière version est plus autonome et capable de prendre des décisions elle-même. Elle peut ainsi évaluer avec ses senseurs la direction du mouvement d'un humain et réagir en évitant d'entrer en collision avec lui lors de ses déplacements.

Sa dextérité a aussi augmenté et ses capteurs optiques aussi bien que tactiles équipant sa paume et ses doigts lui permettent par exemple d'ouvrir une bouteille pour en verser le contenu dans un verre. Il sait même communiquer dans la langue des signes, plus exactement effectuer certains d'entre eux. On se rapproche un peu plus d'un véritable robot autonome destiné à être commercialisé en masse mais on n'est toujours pas en présence des robots à cerveaux positroniques d'Asimov.

Cela vous intéressera aussi