Malgré sa petite taille, Cozmo est un véritable concentré de technologie. Il sait se situer dans son environnement, peut reconnaître les visages et exprimer des émotions par le biais de son écran Led et de ses bruitages. © Anki

Tech

Cozmo, le robot jouet doté d'une intelligence artificielle

ActualitéClassé sous :robotique , Anki , intelligence artificielle

Il a des airs de Wall-E, le facétieux robot du film éponyme créé par Pixar. Et pour cause, deux designers de ce studio d'animation ont travaillé sur l'expression de ce petit robot jouet. Il est doté d'une intelligence artificielle qui lui permet de reconnaître les personnes et de s'amuser avec elles. Un gadget purement ludique mais d'une étonnante sophistication.

Anki est une prometteuse start-up de San Francisco, composée d'enthousiastes geeks fascinés, à juste titre, par la robotique et les intelligences artificielles. Après avoir créé l'Overdrive, un premier jouet intelligent — pour adultes et enfants — qui n'était ni plus ni moins qu'une voiture robotique belliqueuse, l'entreprise réitère ses essais robotiques.

Anki présente en effet un robot tout petit mais adorable, Cozmo. Un nouveau jouet intelligent doté d'une intelligence artificielle, de bras interactifs et de deux yeux robotiques qui rappellent forcément Wall-E. Une référence voulue par l'équipe d'Anki qui a travaillé en étroite collaboration avec Pixar pour l'animation et l'expression sentimentale du petit robot.

Anki a été fondée par trois étudiants de l’université Carnegie Mellon (États-Unis) qui ont commencé par développer des voitures miniatures robotisées à piloter sur un circuit d’intérieur via une smartphone. © Anki

Créé par Anki, le petit frère de Wall-E est à la pointe de la robotique

Cozmo n'a pour le moment d'autres fonctions que l'échange et le jeu avec son propriétaire. Toutefois, malgré sa nature ludique, il s'agit d'un des objets les plus sophistiqués de la robotique actuelle. À titre de comparaison, son processeur est deux fois plus puissant que celui du rover Curiosity. Pourquoi une telle puissance de calcul dans un jouet ? Pour l'intelligence artificielle évidemment, car c'est la spécialité d'Anki, qui a tiré de sa collaboration avec Pixar et de nombreux professionnels du jouet une vision très précise de ce que sera le jouet de demain.

Le robot est capable de reconnaître ses interlocuteurs, de se fâcher, de suivre un humain et d'initier des jeux. L'expérience de l'utilisateur le plonge dans un monde issu des fictions Pixar qui est pourtant, ici, bien réel. Pour le moment, Cozmo est capable de jouer à une petite dizaine de jeux qui impliquent des éléments de son contexte, notamment des blocs — à la Wall-E encore. De plus, Anki a promis de dévoiler un kit de développement logiciel (SDK) pour permettre aux développeurs de prendre en main les grands principes de l'IA.

La start-up qui a passé de très longs mois à travailler sur ce jouet mais surtout son IA, vient là innover dans le secteur du jouet intelligent. Le marché émergent était jusqu'aujourd'hui porté par IBM et son API d'intelligence artificielle Watson (voir par exemple le dino parlant), dont il risquait de devenir dépendant, mais Anki a réussi avec Cozmo à élaborer à la fois une IA et un robot, ce qui reste rare dans la robotique grand public au vu des investissements initiaux nécessaires.

Les précommandes à destination des États-Unis sont disponibles depuis lundi 27 juin. Vous trouverez le robot pour 180 dollars (environ 160 euros au cours actuel). Anki prévoit une livraison courant octobre, en même temps que la commercialisation du robot. On ne cache pas que malgré nos âges avancés, nous sommes particulièrement intéressés par la proposition de ce jouet. Tant l'élaboration d'un vrai projet d'interaction Homme machine que la puissance brute du robot nous laissent penser que la start-up a clairement un mot à dire dans la robotique grand public.

Cela vous intéressera aussi

Curiosity : un an sur Mars en deux minutes  Découvrez dans ce timelapse une année d'exploration martienne en deux minutes. Curiosity est à l'oeuvre : le rover roule, creuse... © NASA/JPL