Le mini Cheetah mis au point par les chercheurs du Massachussets Institute of Technology (MIT, États-Unis) est le premier robot à quatre pattes à se montrer capable d'effectuer un backflip. Un salto arrière, si vous préférez. © MIT
Tech

Cheetah, le robot du MIT, sait faire des sauts périlleux arrière

ActualitéClassé sous :robotique , Cheetah , robot cheetah

[EN VIDÉO] Cheetah, le robot du MIT, sait faire des sauts périlleux arrière  Avec leur robot baptisé Cheetah, les ingénieurs du MIT n’en finissent plus de nous étonner. Après s’être montré capable de sauter par dessus des obstacles et de gravir un escalier jonché de débris, voilà maintenant qu’il exécute des saltos arrière. Et avec un certain style, s’il vous plaît. Une première mondiale à découvrir en vidéo. 

Avec leur robot baptisé Cheetah, les ingénieurs du MIT n’en finissent plus de nous étonner. Après s’être montré capable de sauter par dessus des obstacles et de gravir un escalier jonché de débris, voilà maintenant qu’il exécute des saltos arrière. Et avec un certain style, s’il vous plaît. Une première mondiale à découvrir en vidéo.

La première version du robot développé par les ingénieurs du Massachussets Institute of Technology (MIT, États-Unis) a été présentée en 2012. Cheetah était alors capable de courir sur un tapis roulant à une vitesse moyenne de pas moins de 29 km/h. Au fil des mois, il a bénéficié de diverses améliorations : la capacité à détecter et à éviter des obstacles, à sauter en hauteur ou encore à monter un escalier.

Et en mars 2019, les chercheurs du MIT ont présenté une version miniature de Cheetah. Il ne pèse pas plus de dix kilos et affiche une souplesse à faire pâlir les meilleurs gymnastes. Il est en effet capable de plier et de faire pivoter ses pattes pour marcher à l’envers aussi bien qu’à l’endroit. Il est surtout le tout premier robot à quatre pattes au monde capable d’exécuter un salto arrière. Un backflip, pour les anglophones.

Le premier robot quadrupède à effectuer un backflip

« Cela a miraculeusement fonctionné dès la première fois que nous l’avons testé », commente Benjamin Katz, technicien au MIT. Un exploit inimaginable avec la précédente version du robot, Cheetah 3. « Il se serait effondré sur le sol », assurent les chercheurs. Mais grâce à son design tout spécifique, ce mini Cheetah peut se permettre des manœuvres rapides et dynamiques et supporter sans dommage des chocs importants avec le sol.

Bourré de ressources, ce mini Cheetah parvient même à « retomber » sur ses pattes s’il est bousculé par un pied humain malveillant. Les ingénieurs du MIT le disent « pratiquement indestructible ». Et même s’il venait à s’abîmer, ils l’ont conçu de manière modulaire. Chaque patte est alimentée par trois moteurs — pour augmenter la liberté de mouvement — identiques et bon marché, disponibles dans le commerce, presque aussi faciles à remplacer que « des pièces de Legos ».

© Melanie Gonick, MIT

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !