À la fin de l'année ou au début 2023, la plateforme Netflix va proposer un nouveau forfait. Moins chère que les forfaits actuels, cette offre affichera des publicités pendant les séries ou les films, et elle sera aussi moins riche en fonctions.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L’incroyable trajet du trafic internet mondial Lorsqu’on se connecte à Internet, nos données empruntent un très long trajet. Un email parcourt ainsi en moyenne 15.000 km pour parvenir à destination !

Pour contrer le partage de comptes entre amis, mais aussi enrayer la perte astronomique d'abonnés, Netflix a décidé de lancer une offre moins chère pour la fin d'année, voire le premier trimestre 2023, dont le tarif avantageux sera compensé par l'affichage de publicités. Actuellement, NetflixNetflix propose trois forfaits différents : Essentiel Netflix à 8,99 euros par mois ; Standard Netflix à 13,49 euros par mois ; Premium Netflix à 17,99 par mois. Point commun à tous ces forfaits : ils sont disponibles sans engagement. On peut donc se désabonner dès qu'on le souhaite.

L'offre moins chère, et donc forcément à moins de 8,99 euros par mois, aura donc comme particularité d'afficher des spots publicitaires. Habitués à regarder YouTube avec de nombreuses publicités, les plus jeunes des abonnés pourraient se laisser tenter par cette offre. Toutefois, Bloomberg rapporte que ce nouveau forfait sera nettement moins intéressant sur le plan des fonctions.

Sur un appareil mobile, la fonction Téléchargement permet de regarder des films et des épisodes sans connexion. © Netflix, Futura
Sur un appareil mobile, la fonction Téléchargement permet de regarder des films et des épisodes sans connexion. © Netflix, Futura

Impossible d'utiliser Netflix hors ligne

Ainsi, le développeur Steve Moser a découvert dans le code source de l'applicationapplication Netflix pour iOS que « les téléchargements sont disponibles sur tous les forfaits, à l'exception de Netflix avec publicité ». En clair, les abonnés à cette offre ne pourront pas profiter de Netflix hors ligne, après avoir téléchargé les séries, les documentaires ou les films qui les intéressent. C'est pourtant l'une des fonctions les plus intéressantes, notamment lorsqu'il s'agit de regarder Netflix dans des endroits où les connexions sont compliquées, voire impossibles. On pense aux transports en commun ou dans l'avion.

Ce même développeur a aussi découvert qu'il sera impossible, comme sur YouTube, de passer les publicités mais également d'accéder aux fonctions du lecteur pendant ces mêmes publicités. En clair, à moins de tourner la tête, impossible de ne pas regarder les publicités. Des publicités qui seront d'ailleurs ciblées, et Bloomberg explique qu'une étape de configuration sera nécessaire.

Moins cher, moins de fonctions

Si ces restrictions se confirment, elles devraient être très impopulaires, d'autant qu'il se murmure aussi que l'offre avec publicité proposera moins de contenus. À moins que cette offre ne soit finalement gratuite, et donc intégralement payée par la publicité, on voit mal qui pourrait se tourner vers un forfait, certes moins cher, mais dont les services sont fortement dégradés.

Avec plus d'un million d'abonnés en moins au premier trimestre en Amérique du Nord qui est son principal marché, Netflix multiplie les pistes pour se relancer face à une concurrence de plus en plus coriace. Ainsi, la firme envisage aussi de modifier le rythme de diffusion de ses séries les plus populaires. Plutôt que de mettre en ligne l'intégralité d'une saisonsaison, la plateforme pourrait opter pour un rythme plus « télévisuel », au compte-gouttes. L'objectif est d'éviter que les abonnés ne regardent une série en une ou deux soirées, puis se désabonnent. Autre piste : la facturation du partage des mots de passe entre amis. C'est déjà en test dans quelques pays.