« Comment le recyclage de l'urine pourrait aider à sauver le monde » : derrière ce titre choc, la célèbre revue scientifique Nature expliquait en février 2022 pourquoi elle représente une formidable ressource qu’exploite une jeune société française : Toopi Organics.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'impact de l'urine pénétrant dans l'eau Afin d'étudier la meilleure façon de faire pipi sans éclabousser, des chercheurs ont observé la dynamique des fluides au moment où l'urine pénètre dans l'eau. Et cela donne cette vidéo. © BYU Splashlab

Parlons urine. Même s'il nous concerne tous, le sujet reste grandement tabou alors que, pourtant, ce liquideliquide universel et renouvelable contient une richesse à exploiter pour résoudre de nombreux défis environnementaux, comme l'explique Michael Roes, fondateur de Toopi Organics.

Michael Roes, fondateur et président de Toopi Organics. © Toopi Organics
Michael Roes, fondateur et président de Toopi Organics. © Toopi Organics

Quelle est votre solution ?

Michael Roes : Toopi Organics collecte, transforme et valorise l'urine humaine en biosolutions agricoles. L'urine est en effet riche de plus de 500 éléments, comme de l'azoteazote, du phosphorephosphore, du potassiumpotassium et des micronutriments mais aussi différents acidesacides et facteurs de croissancefacteurs de croissance qui procurent un véritable apport fertilisant aux sols et qui servent d'excellents milieux de culture universel pour développer les micro-organismesmicro-organismes. Aujourd'hui testé et breveté, le procédé de Toopi Organics est une solution beaucoup plus écologique et moins onéreuse que les intrantsintrants chimiques actuellement utilisés dans l'agricultureagriculture.

 Le recyclage de l'urine pourrait aider à sauver le monde. © Toopi Organics
 Le recyclage de l'urine pourrait aider à sauver le monde. © Toopi Organics

Voir aussi

Un fertilisant à base d’urine pour limiter l’usage d’engrais ?

Pourquoi votre start-up va-t-elle changer le monde ?

Michael Roes : Notre innovation s'inscrit dans un modèle circulaire, local et reproductible. La collecte, comme la transformation, l'utilisation de l’urine sont situées dans un rayon de 150 km. Son processus de recyclagerecyclage est économe en énergie, en ressources et ne produit aucun déchet. Il faut savoir que la gestion de l'urine est un problème mondial. Chaque année, 6.000 milliards de litres d'eau potable sont souillés en Europe par 200 milliards de litres d'urine, qui représente 50 à 80 % de la teneur en azote, phosphore et potassium pour seulement 1 % du volumevolume total des eaux usées. Quand on sait que, d'un autre côté, plus de 18 millions de tonnes d'engrais minéraux sont utilisés en Europe chaque année en agriculture, issus de ressources non renouvelables et qui menacent la biodiversité, l'environnement et notre santé, il y a urgence.

Comment le projet a-t-il grandi ?

Michael Roes : Je suis complètement autodidacte. Après un bac médico-social, je me suis orienté vers le commerce puis j'ai créé une société de conception, fabrication et vente des fertilisants comme la décoction de prêle ou le purin d’ortie. Mais les solutions n'étaient pas stables et donc avec une efficacité inégale. Après m'être renseigné auprès de biologistes, d'agriculteurs, j'ai pu améliorer le processus de fabrication à l'aide, par exemple, de la fermentationfermentation lactique qui existe depuis plusieurs millénaires, et commercialiser les produits sous la marque Mr Organics.

Mais il n'était pas possible de passer à grande échelle car il fallait presque plus de surface pour produire les plantes que celle nécessaire pour les cultures à traiter. J'ai trouvé la solution après une rencontre avec un loueur de toilettes sèches. L'urine est difficile à recycler car elle contient 95 % d'eau et donc consomme beaucoup trop d'énergieénergie en distillationdistillation. En revanche, elle s'avère un formidable milieu pour la culture des bactériesbactéries. De là est née l'aventure Toopi en 2019.

La première unité de production de Toopi Organics à Loupiac de la Réole (Gironde). © Toopi Organics
La première unité de production de Toopi Organics à Loupiac de la Réole (Gironde). © Toopi Organics

Quelle est la suite de l’histoire ?

Michael Roes : Notre première unité de production industrielle de biostimulants a vu le jour à Loupiac de la Réole (Gironde) en début d'année 2022. Le procédé de sécurisation et de transformation des urines low-tech a été breveté et nous souhaiterions pouvoir installer et opérer ces unités de valorisation en partenariat avec des acteurs locaux dans chaque métropole française mais aussi de nous développer à l'international.

Nous avons aussi créé Lactopi Start, le premier biostimulant urino-sourcé au monde, qui solubilise le phosphore retenu dans les sols et stimule le développement des plantes et des racines. Nous travaillons aussi sur une gamme de produits de biostimulation et probiotiquesprobiotiques urino-sourcés pour, par exemple, fixer l’azote atmosphérique sur les céréales et limiter le recours aux énergies fossilesfossiles, mais aussi des biofongicides contre les maladies courantes de la vigne, du blé et des cultures maraîchères. Et ce n'est que le début, car les applicationsapplications dépassent largement le cadre de l'agriculture et pourraient aussi révolutionner l'industrie.

Si vous étiez Premier ministre, quelle mesure phare mettriez-vous en place ?

Michael Roes : Les engrais représentent un sujet majeur de santé publique et d'écologieécologie. Même si la France est l'un des pays qui dispose du meilleur accompagnement des initiatives en ce sens, il faudrait donc que l'État s'approprie davantage le sujet au même titre que les autoroutes par exemple. Si j'étais Premier ministre, je m'entourerais donc des meilleurs compétences sur le sujet, et elles sont nombreuses en France, que ce soit à l'AdemeAdeme ou l'Inrae pour ne citer qu'eux, et je mettrais en place un guichet unique pour que chaque initiative, après analyse fine, puisse être prise en charge de façon plus systémique par l'État.

À quoi ressemblera le monde en 2050 ?

Michael Roes : On ne va clairement pas assez vite pour relever les grands défis de notre époque, mais je suis convaincu que l'on peut y arriver, à condition que, collectivement, nous fassions les efforts chacun à notre niveau.

Quel sujet d'actualité de Futura vous a passionné ?

Michael Roes : En plus des sujets dont nous venons de parler, je suis passionné par le spatial à propos duquel Futura publie de passionnants articles. Nous avons devant nous un espace quasi infini qui pourrait ouvrir de nombreuses perspectives à l'humanité à condition déjà que nous puissions, par la sobriété notamment, protéger la vie sur Terre et, dans le même temps, développer les technologies qui nous permettraient de vivre ailleurs par la suite.