Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT, États-Unis) comptent remplacer les microplastiques qui entrent dans la composition de certaines peintures ou de cosmétiques par de la soie, moins polluante. © Viktorie, Adobe Stock
Tech

Une solution naturelle au fléau des microplastiques

ActualitéClassé sous :Jeunes Pousses , pollution plastique , soie

Des microplastiques, il y en a partout. Mais ils ne sont pas tous issus de la dégradation d'objets en plastique. Beaucoup entrent dans la composition de produits de consommation courante. Et il devient impératif de trouver une solution à cette pollution invisible. Des chercheurs proposent aujourd'hui une solution intéressante.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La soie, assez solide pour arrêter les balles !  Si l'on se fait tirer dessus, est-ce qu'il vaut mieux porter un gilet pare-balles en soie ou bien en acier ? La bonne solution n’est pas forcément celle que l’on imagine… C’est ce que nous explique la chaine Discovery Science au cours de cette vidéo. 

Dans l'eau, dans l'air et dans les sols. Et même dans notre sang. Les microplastiques sont désormais partout. Ils polluent les écosystèmes et représentent un risque pour notre santé. Ils sont issus de la dégradation de nos déchets plastiques. Nos emballages, nos bouteilles. Mais pas seulement. Parce que les microplastiques entrent aussi directement dans la composition de peintures, de cosmétiques, de détergents ou de produits chimiques utilisés dans l'agriculture. Pas moins de 50.000 tonnes par an, rien que sur notre continent, selon l'Agence européenne des produits chimiques.

Pour quelle raison ? Parce que les microplastiques protègent efficacement certains ingrédients actifs contre la dégradation par l'air ou l'humidité. Ils permettent de libérer lentement lesdits ingrédients au moment opportun. Et de diminuer ainsi les effets néfastes de ces ingrédients actifs sur l'environnement. Malheureusement, les microplastiques utilisés, eux, se retrouvent dans l'environnement qu'ils étaient censés protéger. Ils y restent même. Longtemps. Toujours selon l'Agence européenne des produits chimiques, ils représenteraient 10 à 15 % de la quantité totale des microplastiques dans notre environnement.

« Il n'y a pas de solution unique au problème des microplastiques. C'est pour cent après pour cent que nous résoudrons le problème de cette pollution. Nous avons choisi de travailler sur la problématique de ces microplastiques-là en particulier », souligne Benedetto Marelli, chercheur, dans un communiqué du Massachusetts Institute of Technology (MIT, États-Unis). Avec son équipe, il propose aujourd'hui une solution à base… de soie.

La soie est reconnue comme pouvant être utilisée sans danger dans l’alimentation ou à des fins médicales. Elle n’est pas toxique. Elle se dégrade naturellement. © vororn, Adobe Stock

Un procédé simple

Les chercheurs montrent en effet que pour ce type d'applications, des cocons de vers à soie de qualité non textiles peuvent largement suffire. Aujourd'hui, ceux-ci sont généralement jetés, car ils ne trouvent pas d'utilisation. D'ailleurs, même les tissus de soie usagers pourraient servir à ces applications. De quoi éviter quelques déchets.

Les chercheurs montrent aussi que les fibres de soie peuvent être dissoutes à l'eau, tout simplement. Ils avancent aussi que la soie ainsi produite peut tout à fait s'adapter aux équipements de fabrication de cosmétiques ou autres peintures existants. Les premiers tests réalisés l'ont été sur un herbicide microencapsulé, dans une serre de culture de maïs. Avec un résultat même meilleur que le produit commercial existant.

Ces images au microscope électronique à balayage montrent des microcapsules recouvertes de soie contenant de la vitamine C, à différentes échelles de détail. À gauche, et en haut au centre, des échantillons réalisés par atomisation, méthode déjà largement utilisée dans l’industrie. À droite et en bas au centre, des échantillons fabriqués par lyophilisation par pulvérisation à ultrasons, une méthode utilisée par les chercheurs pour révéler plus en détail le processus impliqué. © Muchun Liu, MIT

L'autre avantage, c'est que cette soie peut presque être modelée à la demande. Par ajout de tensioactifs. Pour devenir hydrophobe ou hydrophile, par exemple. Ou quelles que soient les caractéristiques utiles à l'application.

Les chercheurs soulignent aussi que si pour l'heure 90 % de la production mondiale de soie se fait en Chine, celle destinée à remplacer les microplastiques, bien moins exigeante, pourrait facilement s'installer dans n'importe quel endroit du monde. Pour une production donc, en plus d'être simple et bon marché, qui serait également locale.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !