La microflore des sols peut être réactivée grâce à l'ajout de bactéries bien choisies ? © adamchuk_leo, Adobe Stock
Tech

BioIntrant ressuscite la microflore des sols pour assainir l’agriculture

ActualitéClassé sous :Jeunes Pousses , fertilisation , Agriculture

Fondée en 2018, la startup propose déjà huit bactéries sur le marché permettant de booster la productivité de cultures agricoles en réactivant l'écosystème endormi des plantes et en restructurant les sols.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les aliments qui contribuent le plus au changement climatique  La production de nourriture humaine génère 37% des émissions globales de gaz à effet de serre. Mais tous les aliments ne se valent pas. Voici le top 5 des aliments émettant le plus de gaz à effet de serre. 

Des rendements de fraise en moyenne 18 % supérieurs... Engrais ? Fertilisant ? Plus précisément biostimulants, un type d'amendements qui, en quelque sorte, remplace le fumier d'antan. De quoi régénérer la fertilité des sols et pallier leur baisse de teneur en matière organique et en diversité microbienne (bactéries et champignons). Ces produits se sont multipliés sur le marché sans qu'il soit facile de les comparer tant il est compliqué d'analyser le fonctionnement du sol.

« La plupart des biostimulants sont des engrais organiques déguisés, regrette Renaud Nalin, président de BioIntrantCe sont des extraits de végétaux, d'algues, des ressources naturelles qui apportent des nutriments ou un effet bénéfique donné. Nos biostimulants, comme d'autres, sont à base de bactéries et visent une action plus large : stimuler le développement de l'écosystème microbien autour des racines de la plante pour l'aider à mobiliser et optimiser l'assimilation les éléments nutritifs des sols comme les indispensables azote ou phosphore ou se défendre contre des pathogènes. »

« Dans l'exemple des fraises, l'inoculation d'une de nos souches, brevetée, favorise l'assimilation des nutriments par la plante à hauteur de +90 % pour l'azote, +80 % pour le phosphore et le potassium », poursuit-il. Il qualifie ces amendements de probiotiques : de quoi favoriser le développement du microbiome des plantes et améliorer leur santé, à l'instar des probiotiques pour notre propre santé. L'objectif est de réactiver la microflore du sol, pour in fine optimiser la rentabilité de l'écosystème. Car contrairement à ce que l'on pense, les sols ont une certaine résilience et leur flore microbienne reste présente même si elle est en dormance faute d'échanges avec les plantes qui deviennent « paresseuses » à force d'engrais.

Récupération des bactéries sur les racines d'un pied de blé. © BioIntrant

La clé de ce processus de réactivation du sol passe par des bactéries capables de former un gel très visqueux autour des racines des plantes, un gel à base d'exopolysaccharides. Ces bactéries produisent ce sucre à longues chaînes à partir des monosaccharides qu'exsudent naturellement les racines des plantes. On peut facilement l'observer sur un sol biologiquement actif, par exemple en déterrant une plante de prairie : grâce à ce gel, la terre reste collée à la racine alors que celle d'un pied de céréale cultivée sera nue. Surtout, il permet, en raison de sa nature, de restructurer abondamment le sol lui conférant des meilleures capacités de rétention en eau et en nutriments ainsi qu'une meilleure aération. Cette cascade de bénéfices aide les communautés microbiennes associées à la plante à se développer et à assurer une multitude de fonctions phytobénéfiques.

Cibler les bactéries les plus performantes

« Grâce à l'installation de cet écosystème entre la plante, le sol et la bactérie, nous visons la diminution des intrants tout en maintenant les rendements des cultures, explique Renaud Nalin. Notre principal atout est notre capacité à sélectionner les bactéries les plus performantes pour cela, capables de former des exopolysaccharides, pour des plantes d'intérêt agronomique. Pour y parvenir, nous utilisons des méthodes de criblage bio-informatique à partir d'analyses génomiques croisées avec des banques de données expertes. »

La startup, issue du laboratoire LEMiRE (CNRS/CEA) spécialisé en microbiologie des sols et en agronomie, dispose à cette fin d'une belle collection de souches bactériennes : les 2.000 identifiées par le LEMiRE auxquelles s'ajoutent celles qu'elle isole puis séquence à partir de ses propres essais sur une diversité de plantes cultivées et de terroirs. Chaque bactérie sélectionnée est ensuite testée sur différentes cultures. Comme la fraise, qui semble apprécier.

Répartition de l'inoculum de souches bactériennes sur des pieds de tournesol

Répartition de l'inoculum de souches bactériennes sur des pieds de tournesol. © BioIntrant

« Nous avons désormais huit bactéries prêtes à la commercialisation, se réjouit Renaud Nalin. Nous avons obtenu huit autorisations de mise sur le marché (AMM) en Allemagne cet automne, déjà deux en France depuis le mois de décembre. » Et en janvier 2022, la startup qui compte huit salariés a levé 1,5 million d'euros pour construire une unité industrielle de production qui devrait être opérationnelle au deuxième trimestre.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !