Avec le développement du haut débit, la vidéo trouve des débouchés prometteurs. En 2003, selon le Yankee Group, ce marché n'a rapporté que 100 millions d'euros en Europe, mais les analystes prévoient qu'il atteindra le milliard dès 2008 - ce qui ne représenterait toutefois que 3,4 % des revenus des fournisseurs d'accès.
Cela vous intéressera aussi

Et ce alors que le téléchargement de films sur les réseaux P2PP2P continue de progresser, selon une étude de CacheLogic...

Signalons une analyse intéressante de Guillaume Champeau sur la vidéo à la demandevidéo à la demande et la chronologie des médias. Selon lui les délais imposés aux services de vidéo à la demande ne leur permettront pas de concurrencer la disponibilité immédiate des films que l'on trouve sur les réseaux P2P. Cette analyse s'appuie sur l'interview de Michel Gomez, délégué général de la société civile des auteurs réalisateurs producteurs (ARP), réalisée par le Journal du Net en juillet.

Un nouveau service de "streaming coopératif" fondé sur le standard de compressioncompression DivX est annoncé pour le mois de septembre. Il pourrait, si sa légalité n'est pas contestée, venir concurrencer directement les services P2P en permettant des téléchargements plus fluides et plus rapides. Chaque abonné pourrait stocker ses vidéos au format DivXDivX (par exemple des DVDDVD copiés ou des vidéos téléchargées en P2P) sur un serveurserveur commun et en distribuer le code d'accès à ses amis.

La société Tivo qui commercialise aux Etats-Unis un magnétoscope numériquenumérique connecté à l'internetinternet vient de gagner une importante bataille juridique. La Commission fédérale des communications américaine (FCC) vient d'autoriser le service TivoToGo, qui permet aux possesseurs de l'appareil de partager via l'internet les émissionsémissions enregistrées à la télévision. Les propriétaires de ce type de magnétoscope ne pourront envoyer ces enregistrements qu'à neuf personnes qui feront partie d'un réseau préalablement autorisé.