En atteignant les 10 Gbit/s sur une ligne téléphonique en cuivre, Alcatel-Lucent va favoriser le déploiement... de la fibre optique. Les fournisseurs d’accès à Internet pourront proposer du haut débit équivalent aux services FTTH (fibre optique de bout en bout). © Michel Le Gal, France Télécom

Tech

Un record : 10 Gbit/s sur une ligne téléphonique classique

ActualitéClassé sous :Internet , réseau , Alcatel-Lucent

Grâce à XG-Fast, une technologie mise au point par Alcatel-Lucent, les fils de cuivre de nos lignes téléphoniques peuvent véhiculer des données jusqu'à 10 Gbp/s. L'exploit, cependant, n'est possible que sur quelques dizaines de mètres. L'intérêt ? Faciliter le déploiement de l'Internet haut débit par fibre optique en utilisant le réseau existant pour le dernier tronçon de la connexion.

Les Bell Labs, le département recherche et développement d'Alcatel-Lucent, sont parvenus à atteindre un débit de transmission de données de 10 gigabits par seconde (Gbit/s) sur des lignes téléphoniques classiques en cuivre. Cette technologie prototype nommée XG-Fast pourrait garantir un débit symétrique de 1 Gbit/s minimum et ainsi grandement faciliter l'installation de connexions à haut débit par fibre optique. Si le déploiement de l'Internet haut débit par fibre optique FTTH (fiber to the home ou fibre optique jusqu'au domicile) s'est amorcé dans les grandes agglomérations françaises, les obstacles techniques compliquent souvent son implantation, notamment chez les particuliers.

Pour disposer d'une ligne FTTH qui assure un haut débit optimal, il faut pouvoir tirer un raccordement en fibre optique depuis l'arrivée principale jusqu'à l'intérieur du domicile. Chaque immeuble ou habitation individuelle ayant ses spécificités, il faut faire intervenir un technicien pour trouver une solution technique qui ménage l'esthétique. L'opération occasionne des travaux et des frais susceptibles de rebuter les consommateurs. Pour preuve, sur les 2,2 millions d'abonnements à très haut débit recensés au premier trimestre 2014 (chiffres Arcep), seulement 640.000 sont en fibre optique de bout en bout (FTTH).

La technologie XG-Fast des Bell Labs est une évolution d’un standard (G.fast) en cours de finalisation par l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) et qui devrait être commercialisé à partir de l’année prochaine. © Alcatel-Lucent

1 Gbit/s sur une distance de 70 mètres

D'où l'intérêt de l'XG-Fast d'Alcatel-Lucent qui permettra d'utiliser le réseau téléphonique existant pour assurer la dernière partie de la connexion entre le nœud de raccordement à la fibre optique et la prise murale de l'abonné. XG-Fast est une extension du G.fast, un nouveau standard haut débit. Actuellement en cours de finalisation par l'UIT (Union Internationale des Télécommunications), il devrait être commercialisé à partir de l'année prochaine. G.fast utilise une gamme de fréquences de 106 MHz et peut atteindre 500 Mbit/s sur une distance de 100 mètres.

XG-Fast exploite une gamme de fréquences plus large de 500 MHz et peut fournir des débits plus élevés mais sur une distance plus courte. Durant les essais effectués par les Bell Labs, les 10 Gbit/s ont été réalisés avec deux paires de lignes (technique dite de bonding) sur une distance de 30 mètres. Un autre test conduit en laboratoire mais en reproduisant les conditions de distance et de qualité du cuivre a permis d'atteindre un débit symétrique (téléchargement et émission) de 1 Gbit/s sur une distance de 70 mètres.

Alcatel-Lucent précise que les tests ont été menés sur des câbles de cuivre fournis par un opérateur européen. « Les opérateurs seront ainsi en mesure de proposer des offres de connexion à Internet équivalentes aux services FTTH, un avantage commercial majeur dans les configurations où il n'est pas possible, pour des raisons physiques, économiques ou esthétiques, d'installer des liaisons en fibre optique jusqu'aux bâtiments à connecter, explique l'équipementier dans son communiqué de presse. Dans ces configurations, la fibre peut être déployée à proximité des bâtiments, jusqu'aux murs extérieurs ou aux fondations, et le réseau cuivre existant utilisé pour couvrir les quelques mètres restants. »

Alcatel-Lucent souligne toutefois que plusieurs facteurs susceptibles d'avoir une incidence sur le débit (qualité et épaisseur du câble, interférences entre les câbles adjacents) n'ont pas été pris en compte dans ces essais. Mais le potentiel de l'XG-Fast n'en demeure pas moins très prometteur. Pour le moment, aucun délai n'a été annoncé pour sa mise sur le marché.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi