Dans un souci d'économie d'énergie (écologique et bien sûr économique), Facebook ouvre son prochain data center européen en Suède. La température moyenne y étant basse, l'air extérieur permettra de refroidir naturellement les nombreuses machines du réseau social. 
Cela vous intéressera aussi
  • À lire, notre dossier pour tout savoir sur Facebook 

Le choix des emplacements géographiques des data centers (centres de traitement des données) est de plus en plus important, pour réduire les coûts énergétiques et financiers. FacebookFacebook a donc décidé d'ouvrir son prochain centre à proximité du cercle arctiquearctique. Ce sera également son premier centre en dehors des États-Unis. 

Facebook disposera alors de son premier data center construit en dehors du sol américain. C'est en Europe que le géant du réseau social a décidé de l'implanterimplanter et la ville de Lulea, dans le nord de la Suède, accueillera donc cette énorme ferme de serveursserveurs.

Facebook migre vers les pays froids... © by nc-sa

Facebook migre vers les pays froids... © by nc-sa

Refroidir naturellement les serveurs de Facebook

Comme pour bon nombre d'entreprises, ce choix géographique n'a pas été fait au hasard. Lulea se situe en effet à seulement une petite centaine de kilomètres au sud du cercle arctique. Facebook pourra donc se contenter d'utiliser de l'airair provenant de l'extérieur du bâtiment pour refroidir ses machines. Si des considérations écologiques rentrent en compte dans ce choix, les économies d'énergies sont surtout réalisées pour des raisons financières. 

La température moyenne de la ville est de 2 °C et le plus gros pic de chaleurchaleur a été enregistré en 1961 : la température était alors montée jusqu'à 30 °C, le temps d'une journée seulement. Facebook profitera de ces conditions météorologiques pour construire un centre gigantesque réparti en trois bâtiments pour une surface totale équivalente à celle de 11 terrains de football.