Microsoft compte ouvrir le développement d’applications à tous, grâce à l’Intelligence artificielle. En intégrant le modèle linguistique GPT-3 dans ses Power Apps, la firme permet l’utilisation du langage naturel pour générer des lignes de code.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Comment définir la pertinence de l'intelligence artificielle ? L’intelligence artificielle (IA), de plus en plus présente dans notre monde, permet aux machines d’imiter une forme d’intelligence réelle. Mais comment la définir ?

La conférence MicrosoftMicrosoft Build 2021 cette semaine, à destination des développeurs, a été l'occasion de découvrir les projets de la firme, comme la prochaine génération de Windows. Dans sa présentation d'ouverture, Satya NadellaSatya Nadella, le P.-D.G. de Microsoft, a également annoncé l’utilisation de l’intelligence artificielle pour assister dans la programmation et permettre une approche « no-code ».

Cette avancée est rendue possible grâce à GPT-3, le plus grand modèle linguistique, capable notamment de générer des textes grâce à l'apprentissage profondapprentissage profond. GPT-3 est basé sur un réseau neuronal avec 175 milliards de paramètres, développé par OpenAI et basé sur le modèle Transformer. Il sera intégré dans les Power Apps de Microsoft afin de traduire le langage naturel en code de programmation.

Les Power Apps de Microsoft utilisent l’intelligence artificielle pour générer des lignes de code. © Microsoft
Les Power Apps de Microsoft utilisent l’intelligence artificielle pour générer des lignes de code. © Microsoft

Power Fx, un langage de programmation low-code inspiré d’Excel

Il ne s'agit pas de générer automatiquement des programmes entiers, tout du moins à l'heure actuelle. Ce nouveau système permet de générer des lignes de code à partir d'une description de l'action voulue. L'IA propose alors plusieurs possibilités, laissant à l'utilisateur le soin de choisir la bonne. Microsoft a choisi de l'associer au langage de programmation Power Fx lancé au mois de mars et inspiré de Microsoft Excel. Il s'agit d'un langage « low-code », autrement dit qui permet de créer des programmes avec peu de code.

Le but affiché est de permettre à plus de personnes de pouvoir créer des applicationsapplications sans devoir maîtriser un langage de programmation, et de répondre à une pénurie croissante de développeurs. Microsoft a annoncé un accès anticipé à partir du mois de juin, en anglais uniquement pour les utilisateurs en Amérique du Nord.

Voir aussi

Développeur, décryptage d’un métier caché