SpaceX va livrer un supercalculateur à l'ISS. Actuellement, le système informatique central de la Station utilise des ordinateurs dont les composants ont plusieurs dizaines d’années. Le processus de fiabilisation contre les radiations est très long. © Nasa, Fotolia

Tech

SpaceX va livrer un supercalculateur à l'ISS

ActualitéClassé sous :informatique , SpaceX , ISS

Un lanceur Falcon 9 de SpaceX doit décoller ce lundi pour livrer du fret à l'ISS. À son bord, un supercalculateur HP doté de composants du commerce. Il sera testé pendant un an pour éprouver sa fiabilité. À terme, ce type d'ordinateur haute performance pourrait équiper le vaisseau qui volera vers Mars.

Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, l'informatique à bord de la Station spatiale internationale (ISS) est loin d'être dernier cri. Par exemple, les deux ordinateurs principaux qui contrôlent le vaisseau (l'un américain, l'autre russe) utilisent des processeurs Intel 20 Mhz datant de... 1988 ! La raison de cette ancienneté tient au fait que chaque composant doit être adapté pour résister aux rayonnements ionisants. Ce protocole prend de nombreuses années afin d'éviter tout dysfonctionnement sur les équipements vitaux de l'ISS.

Cependant, une expérience devant débuter d'ici peu pourrait révolutionner l'informatique spatiale. Le lanceur Falcon 9, de SpaceX, qui va décoller ce lundi pour l'ISS, emporte à son bord un supercalculateur HP haute performance utilisant des composants du commerce et délivrant une puissance d'un pétaflop. Il s'agit de deux serveurs Linux de la gamme HPE Apollo 40 équipés de processeurs Intel Broadwell qui figurent au catalogue du constructeur.

Le supercalculateur de l'ISS aura une doublure sur Terre

Le supercalculateur sera testé durant une année. Une doublure installée sur Terre permettra d'étudier les éventuels problèmes techniques afin d'y remédier. Par ailleurs, HP et la Nasa vont tester un logiciel qui réduira la vitesse de fonctionnement de la machine en cas d'éruption solaire ou d'autre rayonnement, afin de limiter les risques de panne.

Si cette expérience est concluante, cela pourrait permettre d'équiper l'ISS, mais aussi d'autres vaisseaux, de systèmes informatiques récents, qui offriront aux astronautes des outils beaucoup plus performants pour leurs programmes de recherche. « Il se peut que nous voyions de notre vivant des vaisseaux spatiaux équipés d'ordinateurs de science-fiction », s'enthousiasme le fabricant. À suivre...

Cela vous intéressera aussi

Thomas Pesquet livre ses premières impressions à bord de l'ISS  Trois jours après son arrivée à bord de la Station spatiale internationale, Thomas Pesquet a répondu aux questions des journalistes lors d’une conférence de presse d’une vingtaine de minutes retransmise par l’ESA. Le spationaute, par ailleurs dixième Français à aller dans l’espace, est visiblement très heureux et à l’aise en apesanteur : « on s’est adapté très vite ». Il est revenu sur ses premières impressions à bord de l’ISS, l’organisation des journées, son voyage dans la capsule Soyouz, etc.