La sobriété numérique dans une entreprise selon Tanguy Dade. © Vasyl, Adobe Stock
Tech

Sobriété numérique : « Il faut trouver un juste équilibre entre people, planète, profit ». Notre entretien avec Tanguy Dade

ActualitéClassé sous :Informatique , Numérique , sobriété numérique

Comment concrétiser le sujet complexe de la sobriété numérique dans une entreprise ? Des pistes de réponses avec Tanguy Dade, manager informatique à la MAIF, qui a initié la démarche au sein de la Digital Factory en charge de tous les assets numériques de la MAIF.

Comment en êtes-vous venu à vous intéresser au sujet ?

Tanguy Dade : Il y a un peu plus d'un an, j'ai suivi une formation certifiante sur le green IT avec Frédéric Bordage, un des spécialistes français du numérique responsable. Forts de ça, nous avons étudié toutes les mises en application possibles en termes d'optimisation de performance d'affichage de nos différents supports numériques. Ce sujet de la sobriété numérique était en plus complètement aligné avec la stratégie de la MAIF, ses valeurs identitaires mais aussi son business, car plus les supports sont efficaces, plus nos adhérents sont satisfaits.

Tanguy Dade, manager informatique à la MAIF. © Emmanuelle Brisson

Quels objectifs poursuivez-vous avec cette démarche ?

T. D. : Les gains attendus portent essentiellement sur la performance d'affichage donc la lutte contre l'obésiciel, c'est-à-dire l'utilisation excessive de ressources système ou de fonctionnalités inutiles. La vitesse d'affichage des pages favorise ainsi un meilleur référencement sur les moteurs de recherche. La démarche contribue aussi à une meilleure expérience utilisateur. L'idée est de rendre possible l'accès au contenu dans toutes les situations de connexion, par exemple en 3G, et donc de répondre aux attentes de nos sociétaires ou adhérents, même ceux qui se trouvent dans des zones à faible débit. Il est question en plus de ne pas contribuer au renouvellement systématique des devices dont la fabrication a un impact particulièrement négatif sur les ressources de la Planète. Même avec un « vieux » smartphone, il doit être fluide d'accéder à nos services.

Évolution du speed index sur les produits MAIF. © MAIF

Comment rendez-vous tout cela opérationnel ?

T. D. : Nous avons monté une équipe pluridisciplinaire, car la démarche n'est pas simplement technique, elle implique aussi beaucoup d'autres métiers. Comme le marketing et la communication par exemple, puisque l'amélioration de la performance d'affichage des pages a un impact sur les services offerts et l'image de marque véhiculée. Nous disposons ainsi au sein de notre équipe d'une dizaine de profils : product owner, scrum master, experts techniques, développeurs, experts SEO/SEA, digital analyst, designers UX/UI...

Quelle feuille de route avez-vous défini ?

T. D. : Les actions isolées, ou quick win, n'amènent pas de gain significatif. Il est donc nécessaire de travailler de manière cohérente sur des sujets plus structurants. Il faut comprendre que, que ce soit côté réseau ou côté CPU (de l'internaute) il y a de la parallélisation et donc ce n'est pas la suppression d'un élément qui change réellement le temps d'affichage. Une analogie serait d'imaginer avoir des voitures roulant en parallèle sur une autoroute : si on en enlève une, les autres n'iront pas plus vite... Il n'y a pas de recette magique en matière de sobriété numérique ! Nous analysons donc les pain points de nos supports pour élaborer des pistes avec un bon équilibre entre gain espéré et complexité de mise en œuvre. Cela concerne autant la réduction des temps de chargement des pages, des outils de tracking, la mise en cache... Nous travaillons par POC pour vérifier toutes ces pistes.

Comment vous assurez-vous de la pertinence de vos actions ?

T. D. : Pour viabiliser l'amélioration des performances, nous nous servons de plusieurs outils comme Dareboost, avec son speed index qui permet de jauger l'expérience utilisateur sur un site. Nous suivons aussi différents indicateurs, notamment ceux de Google qui influent sur le positionnement du référencement : les Core Web Vitals, à savoir LCP (Largest Contentful Paint ou la mesure du temps de chargement de l'élément le plus volumineux de la page), CLS (Cumulative Layout Shift ou l'évaluation du temps nécessaire pour que l'affichage de la page soit stabilisée) et FID (First Input Delay ou la mesure du temps de réaction lors d'un clic sur un lien).

 DareBoost avec évolution puis correction de l'indicateur CLS. © MAIF

Quels conseils donner à une entreprise qui voudrait se lancer dans la démarche ?

T. D. : Pour une frugalité numérique, il faut vraiment trouver un juste équilibre entre People, Planète, Profit. Ça veut dire qu'il ne faut pas être dans une démarche punitive afin de bien embarquer les utilisateurs finaux et qu'ils en comprennent l'intention. Il ne faut pas non plus tomber dans le piège du greenwashing à annoncer tout et n'importe quoi, mais bien communiquer quand les résultats sont viables et probants. Je pense aussi que d'avoir un sponsor au niveau de la direction de l'entreprise permet au sujet de se déployer dans le temps et à tous les niveaux de l'entreprise. Il faut enfin se laisser le temps et ne pas hésiter à rejoindre des associations ou communautés spécialisées sur le sujet. La MAIF est, par exemple, membre de l’Institut du numérique responsable. Rejoindre ces mouvements, c'est bénéficier de la force d'un collectif, d'idées et de bonnes pratiques afin que le sujet devienne une vraie stratégie d'entreprise. 

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !