Après Acer et Samsung puis Lenovo, HP lance à son tour son ordinateur portable utilisant le système d’exploitation Chrome OS.

Cela vous intéressera aussi

HP est le quatrième fabricant d’ordinateurs à troquer le système d'exploitationsystème d'exploitation Windows contre celui de Google, à savoir Chrome OS, réputé pour épargner les batteries et démarrer rapidement. Ce HP Pavilion Chromebook pèse 2 kgkg, arbore un écran de 14 pouces et possède 2 Go de mémoire vivemémoire vive ainsi qu'un disque SSDSSD de 16 Go.

Le premier « Chromebook » (nom de baptême choisi par GoogleGoogle) fut celui de Samsung, en 2011. La marque en a désormais deux modèles dans sa besace, et le moins cher est vendu moins de 190 euros (250 dollars). Acer en fabrique aussi un de 11 pouces dans les mêmes prix, et Lenovo vient d'annoncer qu'il allait en dévoiler un ciblant les professeurs et les étudiants.

Un ordinateur portable HP sans Windows mais avec Chrome OS, d'abord conçu pour travailler connecté. Le disque dur est de type SSD (c'est donc une mémoire Flash) et ne propose que 16 Go : les documents seront pour la plupart stockés sur le réseau (le <em>cloud</em>). © HP
Un ordinateur portable HP sans Windows mais avec Chrome OS, d'abord conçu pour travailler connecté. Le disque dur est de type SSD (c'est donc une mémoire Flash) et ne propose que 16 Go : les documents seront pour la plupart stockés sur le réseau (le cloud). © HP

Petit succès pour Chrome OS aux États-Unis

L'un des avantages de ce système d'exploitation est qu'il fonctionne avec le cloud. Le navigateurnavigateur est essentiellement une extension de Chrome et les utilisateurs doivent ouvrir leur session sur InternetInternet pour accéder au logiciellogiciel et aux applicationsapplications. Le traitement de l'information se faisant sur des serveursserveurs, ces ordinateurs peuvent démarrer en moins de 10 secondes. De plus, s'agissant d'un système d'exploitation Web, l'exposition aux virusvirus est moindre. En revanche, la capacité de stockage dans l'ordinateurordinateur est faible, limitant l'utilisation hors connexion.

Avec les Chromebooks, les fabricants de PCPC retirent Microsoft de la boucle, s'allégeant ainsi des coûts des licences. De plus, en se séparant de Windows, ils peuvent proposer des ordinateurs avec des processeursprocesseurs moins puissants (donc moins chers), avec moins de mémoire et des disques durs plus réduits.

Il semble y avoir un engouement naissant de la part des consommateurs, pour ces produits : les ventes de Chromebooks représentent déjà entre 5 et 10 % des ventes de PC Acer aux États-Unis.