Tech

Le HD VMD : quatre couches pour un seul DVD

ActualitéClassé sous :informatique , HD VMD , HD DVD

-

Entendons-nous bien : il ne s'agit pas d'un DVD double couche et double face, technologie déjà ancienne, mais bien de superposer quatre couches sur une seule face, ce qui était jusqu'ici théoriquement possible mais dont la réalisation se heurtait à de nombreuses difficultés.

Lecteur HD VMD

C'est une firme britannique, la NME, qui vient de dévoiler le premier lecteur DVD quadruple couche commercialisable (les premiers contenus avaient été présentés au festival de Cannes 2007). Son nom, le HD VMD (Versatile Multilayer Disk), dissimule un procédé de fabrication encore secret, le 2p Technology, protégé par un brevet international. Car NME estime qu'il ne s'agit là que d'un premier pas, et que sa capacité actuelle qui est de 20 Go (5Go par couche) évoluera rapidement vers des DVD de 30, 40 et 48 Go.

Le prototype dévoilé fonctionne sur la base d'un laser rouge similaire à celui qui équipe les lecteurs de DVD actuels, et une démonstration effectuée récemment au Media-Tech Show de Barcelone s'est avérée très convaincante sur la qualité de ce nouveau support. Un seul disque est parfaitement suffisant pour contenir un film en haute résolution là où, auparavant, une galette de type HD DVD ou Blu-ray était indispensable.

Contrairement à ce que d'aucuns avaient affirmé un peu prématurément, le DVD n'est donc pas mort. Il semble même avoir encore de beaux jours devant lui, si l'on tient compte de l'argument choc principal : le prix.

Car si le prix moyen des lecteurs HD DVD se situe autour de 500 $, et celui des lecteurs Blue Ray aux environs de 1000 $, la valeur annoncée des appareils HD VMD oscille entre 199 et 250 $. A cela une raison facile à comprendre : il reprend tous les éléments déjà existants et largement amortis des platines DVD traditionnelles.

Mieux encore : selon NME, la grande majorité des lecteurs de DVD actuels devraient pouvoir lire les nouveaux HD VMD moyennant un simple upgrade de leur firmware.

La firme britannique annonce aussi que sa technologie est parfaitement adaptable aux supports à laser bleu, et qu'il ne faudrait pas s'étonner que Sony, ou Toshiba entre autres acquièrent une licence pour leur propre production. Avec, à l'horizon, une augmentation conséquente de la capacité enregistrable...

Reste une inconnue. Un progrès technologique c'est bien, mais il n'est rien s'il n'atteint pas le public. Et pour cela, il demeure le passage obligé par les producteurs, notamment les éditeurs et les studios de cinéma. NME affirme avoir créé un partenariat avec 12 pays comme les Etats-Unis, la France, l'Allemagne ou la Chine. Mais aucun grand nom du cinéma, aucun "major" n'a encore été cité. Or, ceux-ci ont déjà tissé des liens très étroits avec le Blu-ray ou le HD-DVD.

L'aspect économique des lecteurs HD VMD primera-t-il... ou se révélera-t-il un obstacle ?

Cela vous intéressera aussi