Le japonais Sony annonce une importante innovation dans le domaine du stockage sur bande magnétique. Ses ingénieurs sont parvenus à obtenir une densité qui permettrait d’atteindre 185 téraoctets sur une cartouche magnétique standard, soit l’équivalente de 3.700 disques Blu-ray. Sony n’avance pas encore de date pour la commercialisation de cette technologie.
Cela vous intéressera aussi

Lors de la conférence Intermag Europe qui se tient cette semaine à Dresde en Allemagne, Sony a dévoilé une nouvelle technologie en matièrematière de stockage sur bande magnétique. Il s'agit d'une technologie qui permet de stocker jusqu'à 185 To sur une cartouche magnétique standard de type LTO (linear tape open).

Selon la firme japonaise, cela représente 74 fois la capacité de stockage d'une bande magnétiquebande magnétique LTO Ultrium (2,5 To) et équivaut à 3.700 disques Blu-ray. Bien que le support magnétique ait été remplacé par les disques optiquesdisques optiques (CDCD, DVDDVD, Blu-rayBlu-ray) pour la musique, la vidéo et l'informatique grand public, ce type de solutions de sauvegardesauvegarde est très répandu pour les serveursserveurs et les bases de données. Sony est parvenu à atteindre une densité de 148 Go par pouce carré, alors que les cartouches LTO les plus performantes n'atteignent qu'environ 2 Go par pouce carré.

En développant une nouvelle technique de dépôt par pulvérisation, Sony a réussi à créer des particules magnétiques de 7,7 nanomètres (<em>Sony’s results</em>), alors que celles que l’on trouve sur les bandes magnétiques actuelles (<em>currently</em>) mesurent plusieurs dizaines de nanomètres (<em>several tens of nanometers</em>). © Sony Corporation

En développant une nouvelle technique de dépôt par pulvérisation, Sony a réussi à créer des particules magnétiques de 7,7 nanomètres (Sony’s results), alors que celles que l’on trouve sur les bandes magnétiques actuelles (currently) mesurent plusieurs dizaines de nanomètres (several tens of nanometers). © Sony Corporation

Des nanograins de quelques nanomètres sur une bande magnétique

Pour cela, les ingénieurs ont mis au point une technique de dépôt de particules magnétiques par pulvérisation sur un film polymèrepolymère dont l'épaisseur est inférieure à cinq micromètresmicromètres. Le procédé crée de multiples couches de nanograins dont l'orientation est uniforme.

Cette uniformité est obtenue en utilisant une décharge électrostatiqueélectrostatique pour amener les ions argonargon au contact du support et en travaillant la sous-couche polymère afin de la rendre plus lisse. Grâce à ces techniques, Sony dit être parvenu à minimiser les disparités de longueur et de croissance cristallinecroissance cristalline. « Cela a permis à Sony de créer une couche magnétique à nanograins composée de fines particules magnétiques d'une taille moyenne de 7,7 nm », peut-on lire dans le communiqué. Le constructeur japonais indique qu'il va poursuivre le travail sur cette technologie, sans livrer de date pour un lancement commercial.