Tech

En bref : Microsoft se lance dans l'interopérabilité

ActualitéClassé sous :informatique , Commission Européenne , Microsoft

Microsoft répond aux injonctions de Bruxelles « et au-delà », affirme Steve Ballmer, son président. Trente mille pages de codes seront disponibles à tous, les éditeurs de logiciels pourront ajouter des formats à Office. Du jamais vu...

On croirait presque une conversion à l'open source. Microsoft vient d'annoncer sa réponse à la Commission européenne qui avait condamné le numéro un du logiciel pour abus de position dominante, lui infligeant une énorme amende, confirmée en septembre 2007, de 497 millions d'euros. L'accusation portait sur le lecteur Windows Media et sur les logiciels pour serveurs de groupe imposés grâce à la situation de quasi-monopole sur le système d'exploitation.

L'éditeur s'engage à diffuser suffisamment d'informations pour que ses concurrents puissent développer des produits compatibles avec les siens. Trente mille pages de documentation, jusque-là payantes, seront disponibles en téléchargement. Les développeurs y trouveront les détails des API (bibliothèques de fonctions) concernant non seulement Vista, le lecteur Windows Media et les logiciels pour serveurs mais aussi la suite Office.

Microsoft s'engage, de plus, à modifier Office pour que les logiciels de cette suite acceptent des formats de fichiers créés par des développeurs indépendants. Les utilisateurs pourront même les choisir comme format par défaut : Office atteindra ainsi la souplesse de la suite gratuite OpenOffice !

Vis-à-vis de la communauté open source, Microsoft fait un pas de plus vers la réconciliation. Après avoir annoncé en mai 2007 que des poursuites seraient engagées contre les auteurs logiciels libres de la communauté Linux qui auraient violé 235 brevets, Microsoft avait déjà entamé une marche arrière en renonçant à ces attaques. Aujourd'hui, on en est à la main tendue...

Cela vous intéressera aussi