Google s’attaque à une des tâches les plus difficiles : comprendre l’écriture des médecins. La firme a fait la démonstration d’une nouvelle fonctionnalité dans Google Lens, encore à l’état de prototype, capable de déchiffrer une ordonnance et repérer les noms des médicaments.


au sommaire


    Cela vous intéressera aussi

    [EN VIDÉO] Comment définir la pertinence de l'intelligence artificielle ? L’intelligence artificielle (IA), de plus en plus présente dans notre monde, permet aux machines d’imiter...

    L'écriture des médecins est connue pour être tellement difficile à lire que seuls les pharmacienspharmaciens sont capables de déchiffrer une ordonnance. Tout du moins jusqu'à présent. Lors de sa conférence annuelleannuelle en Inde, Google a annoncé que la firme a décidé de s'attaquer à ce problème, qui représente un défi de taille pour l'intelligence artificielle.

    Google Lens peut déjà reconnaître et traduire du texte en temps réel en pointant simplement la caméra de son smartphone dessus. Tout du moins tant que le texte en question est imprimé. La reconnaissance optique des caractères (OCR) a toujours beaucoup de mal à déchiffrer l'écriture manuscrite, malgré les progrès réalisés. Avec l'aide de pharmaciens, GoogleGoogle a donc décidé de se pencher sur ce domaine en choisissant la difficulté la plus élevée.

    Un simple prototype

    Les utilisateurs pourront prendre une photo de leur prescription ou en sélectionner une déjà prise dans la galerie, et Google Lens identifiera les différents médicaments inscrits. La branche indienne de Google a publié une vidéo sur TwitterTwitter pour montrer son fonctionnement.

    Google a toutefois indiqué qu'à l'heure actuelle, il ne s'agit que d'un prototype d'un projet de recherche. Rien ne garantit donc qu'il sera un jour disponible pour le grand public. La firme a également annoncé travailler sur un modèle de langage unifié qui prendrait en charge plus de 100 langues indiennes, aussi bien à l'écrit qu'à l'oral. Il permettrait aux internautes des différentes régions du pays d'accéder à plus de contenus dans leur langue maternelle, et s'inscrit dans le projet de la firme de créer un modèle d’intelligence artificielle unique capable de traduire les 1 000 langues les plus parlées au monde.