Constitué de véritables plumes de pigeon, ce drone est capable de changer la forme de ses ailes comme un oiseau. Il peut déployer ses plumes ou en les resserrer. © Lentink Lab, Stanford univ.

Tech

PigeonBot, le premier robot qui vole quasiment comme un oiseau

ActualitéClassé sous :Drone , Pigeon , anatomie d'une aile

-

Des chercheurs se sont inspirés du pigeon pour créer une aile capable de modifier dynamiquement sa forme afin d'optimiser chaque phase d'un vol.

Lorsque l'Homme a cherché à voler, il a tenté d’imiter les oiseaux tant bien que mal. Aujourd'hui encore, il s'inspire toujours des volatiles pour optimiser les ailes des avions. Imiter l'aile des oiseaux et plus précisément celle du pigeon, c'est justement ce que sont parvenus à expérimenter les chercheurs du Lentink Lab de l'Université de Stanford aux États-Unis avec leur PigeonBot.

Il s'agit d'un drone qui a la capacité de disposer d'ailes proches de celles d'un oiseau. Il n'est pas question que l'aéronef batte des ailes, il se propulse dans les airs grâce à un moteur à hélice placé sur le nez. En revanche, c'est au niveau de l'articulation des ailes que les scientifiques ont poussé leur recherche et se sont inspirés de celles du pigeon. En réalité, malgré ce que l'on peut imaginer, le fonctionnement précis de l'aile durant les phases de vol d'un oiseau n'est pas très précisément connu.

Les chercheurs ouvrent la voie d'une autre drôle de machine volante. © IEEE Spectrum

Presque comme un oiseau

C'est pourquoi, à partir d'un pigeon mort, ils ont étudié comment les différentes jointures et l'orientation des plumes modifient la forme de l'aile. Ainsi, c'est l'angle entre deux articulations, soit l'équivalent du poignet et celui du doigt au bout de l'os de l'aile, qui change la forme de l'aile. En modifiant cet angle, les articulations font également légèrement pivoter les plumes et elles s'écartent les unes des autres. La forme délivrée par le plumage vient modifier la portance de l'aile et donc la performance du vol en fonction des différentes phases. Ainsi, le PigeonBot peut, au besoin déployer ses ailes, ou les rétracter.

Avec ce principe et en utilisant de véritables plumes de pigeon sur le PigeonBot, le drone-avion permet de gagner en efficacité en optimisant la portance et en réduisant au maximum la traînée pour parcourir le plus de distance possible avec le moins d'énergie. Un véritable atout pour alléger le poids d'un drone en utilisant une batterie moins lourde en raison d'une capacité inférieure.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !