La voiture de course électrique volante Airspeeder Alauda Mk3. © Airspeeder
Tech

Airspeeder a testé sa première voiture de course électrique volante

ActualitéClassé sous :drone , voiture , Voiture volante

Airspeeder vient de procéder au premier test grandeur nature de sa voiture de course électrique volante. L'Alauda Mk3 a été pilotée avec succès en Australie depuis un simulateur, et le constructeur prévoit trois courses téléguidées dès cette année.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Ce taxi volant se transforme en voiture autonome  Il s'agit pour le moment d'un concept qui n'a que peu de chances d'aboutir. Le principe repose sur un Adav dont la cabine se détache pour s'intégrer à un châssis afin d'en faire une voiture autonome. 

Les fameuses courses de modules des films Star Wars seront peut-être bientôt une réalité sur Terre. Le constructeur Airspeeder vient de franchir une nouvelle étape avec un test grandeur nature de l'Alauda Mk3, sa première voiture de course volante de la série EXA. Le site choisi, dans le sud de l'Australie, n'est d'ailleurs pas sans rappeler les fameuses scènes du film qui se déroulent sur la planète désertique Tatooine.

Pour ce premier vol, l'appareil était téléguidé comme un drone par un pilote dans un simulateur placé au sol. Il est remplacé dans le cockpit par un avatar robotique baptisé « The Aviator » qui permet au constructeur d'obtenir des données sur les effets de la course sur son pilote. Le but est de s'assurer que l'appareil puisse fonctionner avec un humain à bord, et Airspeeder prévoit les premières courses pilotées dès 2022.

Regardez le premier test téléguidé de la voiture de course volante Airspeeder Alauda Mk3 dans le sud de l’Australie. © Airspeeder

Les premières courses de voitures volantes prévues cette année

Selon le constructeur, l'appareil pèse 130 kg et peut soulever une charge de 80 kg. Il peut atteindre une vitesse de 100 km/h en seulement 2,8 secondes et une altitude maximale de 500 mètres. Afin d'éviter les collisions, l'Alauda Mk3 crée un « champ de force virtuel » en combinant le radar et le lidar. Cette voiture volante dispose d'une autonomie de 10 à 15 minutes, et l'équipe d'Airspeeder est capable de changer la batterie en moins de 20 secondes.

Fort du succès de son test, Airspeeder a d'ores et déjà annoncé trois « Grands Prix » de voiture volantes électriques téléguidées en 2021, avec jusqu'à quatre équipes comportant chacune deux pilotes à distance. Les dates et sites des courses sont encore gardés secrets, mais le constructeur indique qu'ils seront dévoilés « bientôt ».

Pour en savoir plus

Les courses de voitures volantes électriques Airspeeder sur le point de débuter

Article de Marc Zaffagni, publié le 09/02/2021

Alauda Racing vient de dévoiler son prototype de voiture volante électrique qui se destine à concourir avec des pilotes humains dès 2022. Avant cela, des courses en mode télécommandé auront lieu cette année.

Dévoilé en 2017, le projet un peu fou de courses de voitures volantes a certes pris du retard par rapport au calendrier initial, mais il est finalement en bonne voie. L'entreprise australienne Alauda Racing vient de présenter la troisième version de son engin de course baptisé Airspeeder Mk3. De voiture volante il n'en a que le nom puisqu'il s'agit en réalité d'un adav (aéronef à décollage et atterrissage verticaux) octocoptère électrique qui peut accueillir un pilote.

Les premières courses doivent avoir lieu cette année en Australie. Dans un premier temps, les Airspeeder seront télécommandés à distance, comme des drones classiques. Mais à partir de 2022, des humains prendront place à bord pour s'affronter sur des tracés aériens qui, nous promet-on, se dérouleront au-dessus de l'eau, de déserts ou de canyons.  

 Le prototype Airspeeder Mk3 est équipé de radars, Lidar et de caméra pour éviter les collisions et retransmettre des images de la course en vue subjective. © Alauda Airspeeder

Dix voitures volantes s’affronteront cette année

Alauda est actuellement en train d'assembler un dizaine de Airspeeder Mk3 qui seront confiés à différentes équipes pour les premières compétitions. L'engin pèse 100 kg à vide et peut voler à 120 km/h grâce à ses rotors électriques qui totalisent 96 kW. L'entreprise affirme qu'il aura maniabilité d'une Formule 1 qui lui permettra de négocier des virages en épingle à cheveux.

À l'origine, le premier « Airspeeder World Championship » devait avoir lieu en 2020. Le délai n'a pas été tenu, mais Alauda est parvenu à organiser une levée de fonds à sept chiffres auprès de plusieurs investisseurs de premier plan, dont Acronis et DHL.

Airspeeder Mk3. © Alauda Airspeeder

Bientôt des courses de voitures volantes ?

Article de Marc Zaffagni, le 13/12/2017

S'inspirant du rôle de précurseur technologique que joue la Formule 1 dans l'automobile, un entrepreneur australien veut accélérer le développement de la voiture volante en organisant des courses.

La voiture volante suscite bien des projets, certains très sérieux, d'autres moins. Difficile pour le moment de dire où se classe celui de Matt Pearson. Cet entrepreneur australien vient de lancer une campagne de financement sur Kickstarter pour fabriquer une voiture volante destinée à la compétition. En réalité, il ne s'agit pas à proprement parler d'une voiture volante, car l'engin ne possède pas de roues. Il faut plutôt parler d'un drone quadrirotor caréné capable d'accueillir un pilote humain.

L'idée peut sembler farfelue, mais le raisonnement qui la préside se tient. À l'instar de Formule 1, qui joue un rôle de laboratoire d'essai pour les technologies retrouvées ensuite dans les voitures de série, créer une compétition de voitures volantes contribuera à accélérer le développement de ce moyen de transport.

Un Airspeeder World Championship en 2020

L'engin imaginé par Matt Pearson, qui n'existe pour le moment que sur le papier, sera mû par quatre moteurs électriques brushless (sans balais) de 50 kilowatts chacun alimentés par les mêmes cellules lithium-ion que celles utilisées dans la Tesla Model S. L'appareil nommé Alauda Mark 1 Airspeeder pourrait voler jusqu'à 250 km/h à une altitude maximale de 3,5 mètres. Sa carrosserie sera fabriquée en fibre de carbone et le châssis en aluminium aéronautique pour un poids à vide de 120 kg.

L'autonomie annoncée est d'à peine dix minutes, ce qui, dans l'état, ne permet pas d'envisager une course digne d'intérêt. Qu'à cela ne tienne, un premier vol d'essai est censé avoir lieu début 2018, suivi, un peu plus tard, d'une confrontation entre deux appareils dans le désert australien. Et, si tout se déroule selon les plans de Matt Pearson, le premier « Airspeeder World Championship » impliquant différents constructeurs devrait avoir lieu en 2020.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !