Dans le viseur de Drôle de Tech cette semaine, une enceinte connectée made in France qui lutte contre l’obsolescence programmée, de la « botanique cyborg », une robe qui force le respect et une étonnante compétition de drone soccer. Go !

Cela vous intéressera aussi

Notre rendez-vous hebdomadaire vous propose un regardregard décalé sur l'actualité des nouvelles technologies. Le parti est de vous divertir, de vous surprendre et de vous faire rêver... ou soupirer.

Kataposte, l'enceinte connectée française sourde à l'obsolescence programmée

Créée par deux ingénieurs français, la Kataposte est une enceinte connectée 2 x 50 W conçue dans un atelier participatif (fablab) selon le principe de l'open hardware : pas d'obsolescence programméeobsolescence programmée à la conception, démontable et réparable avec des pièces standard, plans de conception publics (licence Creative Commons avec Attribution). La Kataposte coûte 299 euros en kit à monter soi-même. Une initiative à contre-courant du modèle économique de la high-tech à laquelle nous avons voulu apporter un coup de projecteurprojecteur.

L’enceinte Kataposte est vendue en kit ou montée. © Kataposte

Elowan, une plante d'intérieur cyborg

Les plantes sont des systèmes électroniques naturels. À travers les feuilles et d'autres organes, elles détectent les changements de lumièrelumière, de température, de pressionpression, etc. et répondent à ces stimuli en envoyant des signaux électriques à travers leur corps. Des chercheurs du Media Lab du MIT ont eu l'idée d'exploiter ces signaux à l'aide d'électrodesélectrodes insérées dans les tiges et les feuilles de la plante afin de matérialiser ces réactions. Nommée Elowan, cette plante-robot peut détecter les sources lumineuses et se diriger vers elles en utilisant les signaux électrochimiques de la plante. On appelle cela de la « botaniquebotanique cyborg ».

C’est bien la plante et non le robot qui contrôle les déplacements pour aller chercher la lumière. © Harpreet Sareen

Cette robe détecte les peloteurs

La réalité des attouchements que les femmes peuvent subir au quotidien, notamment dans les transports en commun, barsbars, boîte de nuit, etc. est difficile à appréhender. Pour aider à rendre cela un peu plus concret, l'agence de communication Ogilvy et la marque Schweppes ont créé une robe dotée de capteurs de pressioncapteurs de pression qui détectent les endroits du corps où la personne qui la porteporte est touchée. Elle a été testée par trois femmes dans une boîte de nuit au Brésil où le harcèlement est monnaie courante (et vraisemblablement pas qu'au Brésil...). Résultat de l'expérience, les volontaires ont été touchées 157 fois sans consentement en moins de quatre heures, soit une moyenne d'environ 40 attouchements par heure. Vu comme cela, on comprend vite à quel point cela peut être pénible à vivre.

The Dress for Respect révèle la réalité des attouchements que les femmes peuvent subir au quotidien. © Ogilvy Brazil

Le drone soccer arrive en Europe par la France

Les 24 et 25 mai prochains, la ville de RennesRennes accueillera le salon Tech & Play dédié aux nouvelles technologies et à l'intelligence artificielleintelligence artificielle (I.A.) en Bretagne. À cette occasion aura lieu une grande première européenne : un match de drone soccer. Né en Corée du Sud où il est très populaire, ce jeu « techno-sportif » est inspiré du quidditch, le jeu de foot sur balais volants inventé par la saga Harry Potter. Dans la réalité, le dronedrone soccer utilise des drones protégés par des cages de sécurité circulaires qui évoluent dans une arènearène. Cela se joue en équipe de 5 personnes pendant des manches de deux minutes durant lesquelles il faut marquer le plus de buts possible.

Une partie de drone soccer dans une arène spéciale à Jeonju en Corée du Sud. © 메이커뉴스