Les États-Unis craignent que la Russie ne s'en prenne aux principales entreprises du domaine de la défense, de l'énergie et de la défense. © monsitj, Adobe Stock
Tech

Guerre en Ukraine : les États-Unis se préparent à des cyberattaques russes

ActualitéClassé sous :cybersécurité , États-Unis , Russie

[EN VIDÉO] Qu'est-ce qu'une cyberattaque ?  Avec le développement d'Internet et du cloud, les cyberattaques sont de plus en plus fréquentes et perfectionnées. Qui est derrière ces attaques et dans quel but ? Quelles sont les méthodes des hackers et quelles sont les cyberattaques les plus massives ? 

Comme en 2016, lorsque la Russie avait perturbé l'élection présidentielle afin de favoriser Donald Trump, les États-Unis anticipent des cyberattaques russes de grande ampleur. Le FBI a ainsi détecté des activités suspectes reliées à des adresses IP russes. En cas de cyberattaque avérée, elle serait considérée comme « une attaque de guerre ».

Lors d'un point presse, la Maison-Blanche a averti les entreprises américaines que la Russie se préparait à lancer des cyberattaques contre des infrastructures américaines sensibles. Une déclaration qui s'appuie notamment sur les constatations du FBI. Le 18 mars dernier, les services secrets américains avaient ainsi découvert que des pirates informatiques associés à des adresses IP russes avaient scanné les réseaux de cinq sociétés énergétiques américaines.

La conseillère adjointe à la Sécurité nationale, Anne Neuberger, parle d'« activité préparatoire » aux cyberattaques qui, selon elle, pourrait inclure la numérisation de sites Web et la recherche de vulnérabilités logicielles. Selon Jen Easterly, directrice de l'Agence américaine de cybersécurité et de sécurité des infrastructures, il ne s'agit pas d'espionnage, mais bien d'une activité « perturbatrice ou destructrice ». Au total, une vingtaine d'entreprises américaines dans des secteurs, tels que la défense et les services financiers, sont dans le viseur de hackers.

Le secteur privé en alerte maximale

« L'ampleur de la cybercapacité de la Russie est assez conséquente et elle arrive », a résumé lundi le président Joe Biden aux dirigeants de ces entreprises. Ces attaques potentielles seraient une réponse aux sanctions américaines contre la Russie pour son invasion de l'Ukraine, a déclaré la Maison-Blanche. « Nous avons précédemment mis en garde contre le potentiel de la Russie à mener des cyberattaques contre les États-Unis, notamment en réponse aux coûts économiques sans précédent que les États-Unis, leurs Alliés et leurs partenaires ont imposé en réponse à la nouvelle invasion de l'Ukraine par la Russie », confirme Anne Neuberger.

 Le FBI a repéré des mouvements suspects qui s’apparenteraient à la préparation de prochaines cyberattaques russes visant des entreprises américaines. © Boskampi

« Aujourd'hui, nous réitérons ces avertissements, et nous le faisons sur la base de l'évolution des renseignements sur les menaces selon lesquels le gouvernement russe explore des options pour des cyberattaques potentielles sur des infrastructures sensibles aux États-Unis. » Selon elle, les agences fédérales ont convoqué plus de 100 entreprises pour partager de nouvelles informations sur les menaces de cybersécurité, ainsi que des ressources et des outils pour aider les entreprises à renforcer leur sécurité.

Une cyberattaque serait considérée comme un acte de guerre

Côté russe, on dément formellement toute préparation d'une attaque informatique. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a ainsi déclaré aux journalistes : « La Fédération de Russie, contrairement à de nombreux pays occidentaux, y compris les États-Unis, ne se livre pas au banditisme au niveau de l'État ». La Russie avait déjà démenti être à l'origine des piratages des sites gouvernementaux ukrainiens en février, ainsi que des banques ukrainiennes.

Rappelons que les dirigeants occidentaux ont averti à plusieurs reprises qu'une cyberattaque de Moscou contre un État membre de l'Otan pourrait déclencher la clause de défense collective du traité occidental connue sous le nom d'Article 5. Cet article stipule que, si un pays de l'Otan est victime d'une attaque armée, chaque membre de l'Alliance considérera cet acte de violence comme une attaque armée dirigée contre l'ensemble des membres et prendra les mesures qu'il jugera nécessaires pour venir en aide au pays attaqué.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !