Une faille dans Word permet d’infecter un ordinateur avec un simple document. © Pexels, Pixabay
Tech

Un cheval de Troie bancaire utilise une faille critique dans Windows

ActualitéClassé sous :cybersécurité , Microsoft Word , faille zero day

-

Les attaques utilisant la faille Follina dans Windows se multiplient, alors que Microsoft tarde à sortir un correctif. En une semaine, des chercheurs ont déjà détecté au moins trois attaques différentes exploitant cette faille.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Comment ajouter des cases à cocher dans Word ?  Avec ce nouveau tuto tech de Futura, découvrez comment créer des cases à cocher sur Word. © Futura 

La faille « zero day » Follina prend de l'ampleur. Signalée fin mai, cette faille, sous la référence CVE-2022-30190, permet d'utiliser un document Word pour lancer des commandes PowerShell, et ce même si les macros sont désactivées.

Désormais, un groupe de hackers connu sous la désignation TA570 profite de la faille pour propager le cheval de Troie bancaire Qbot. Celui-ci est spécialisé dans le vol de données personnelles et bancaires. Les victimes reçoivent un e-mail avec un fichier HTML en pièce jointe. Celui-ci télécharge un dossier compressé ZIP contenant une image de disque (fichier IMG) qui inclut enfin un fichier Word, un fichier DLL et un raccourci. C'est ce document Word qui installe le malware Qbot.

Des attaques sur des gouvernements et la diaspora tibétaine

Ce n'est pas la seule attaque à exploiter la faille Follina. La semaine dernière, l'entreprise Proofpoint a détecté des attaques de type phishing visant plusieurs membres de gouvernements en Europe et aux États-Unis. Ils ont reçu un e-mail leur promettant une hausse de salaire avec en pièce jointe un fichier RTF qui installe un malware capable de voler des données dans les navigateurs et logiciels de messagerie. Selon Proofpoint, le groupe de hackers chinois TA413 APT utiliserait également la faille pour viser la diaspora tibétaine avec des méthodes similaires.

À l'heure actuelle, Microsoft n'a toujours pas sorti de correctif. Sur son site, Microsoft recommande de désactiver le protocole MSDT afin d'empêcher le lancement de l'outil de diagnostic utilisé dans la faille Follina. Pour cela, la firme indique qu'il faut d'abord sauvegarder, puis supprimer toute la clé HKEY_CLASSES_ROOT\ms-msdt dans le registre de Windows.

Pour en savoir plus

Comment des pirates peuvent prendre la main dès l’ouverture d’un fichier Word

Une nouvelle faille a été découverte dans Microsoft Word par laquelle un hacker peut prendre le contrôle d'un ordinateur avec un simple document, et ce sans utiliser les macros. Baptisée Follina, la faille permet même de lancer le code sans que le document ne soit ouvert par l'utilisateur grâce à la prévisualisation de l'explorateur de fichiers.  

Article d'Edward Back, publié le 01/06/2022

À l'heure actuelle, tout le monde, ou presque, a déjà entendu dire que les macros peuvent être dangereux dans Microsoft Word. Après tout, le logiciel les bloque par défaut et affiche un bandeau d'avertissement. Toutefois, ce n'est pas le seul moyen d'utiliser le logiciel pour infecter un ordinateur. Sur Twitter, l'utilisateur @nao_sec a partagé un code malveillant découvert dans un document Word.

Ce code utilise une faille baptisée Follina. Elle est classée « zero-day », autrement dit déjà exploitée par les pirates et sans mise à jour (Microsoft a « zéro jour » pour sortir un correctif). @nao_sec a remarqué le code en question par hasard sur le site Virus Total en cherchant des documents utilisant une autre faille. Un internaute localisé en Biélorussie aurait soumis le document en question au site afin de vérifier s'il était détecté par les différents antivirus.

Un code dissimulé en base 64

Le code utilise la fonction de modèle distant du logiciel pour charger un fichier HTML depuis un serveur. Celui-ci détourne ensuite l'outil de diagnostic du support Microsoft (MSDT) pour charger un fichier et exécuter des commandes PowerShell. Et ce, même si les macros sont désactivées. L'auteur du code a utilisé la même technique que celle détectée sur certains sites Web pour dissimuler les commandes problématiques : elles sont converties en base 64, et décodées au moment de l'exécution.

Les chercheurs ignorent quel était le but exact de l'auteur, puisque le second fichier n'est plus disponible. Toutefois, à partir du moment où il parvient à exécuter des commandes PowerShell, il peut potentiellement prendre le contrôle total de l'ordinateur et attaquer d'autres machines sur le réseau local.

Follina est particulièrement problématique. Par défaut, Word ouvre les fichiers au format .docx en mode protégé. Le code est alors exécuté uniquement si l'utilisateur clique sur « Activer la modification ». Toutefois, s'il est au format .rtf cette protection n'est pas activée. De plus, il suffit dans ce cas de le sélectionner dans l'explorateur de fichiers, sans l'ouvrir, pour que le code soit exécuté.

Une démonstration du fonctionnement de Follina sur une version à jour d’Office 2021. © Didier Stevens

Un signalement déjà refusé par Microsoft en avril

Le code fonctionne sur toutes les versions de Microsoft Office depuis au moins 2013, y compris Office 2021, et ce même avec toutes les mises à jour. Il s'avère que le problème avait déjà été signalé à Microsoft en avril par Shadow Chaser Group, une équipe d'étudiants qui chasse les failles. Un dénommé John, du Microsoft Security Response Center (MSRC), s'était alors contenté de dire que ce n'était pas un problème de sécurité, et que l'échantillon soumis ne fonctionnait pas sur son ordinateur. Microsoft semble avoir changé d'avis, puisque ce 30 mai la firme a enregistré la faille sous la référence CVE-2022-30190.

À l'heure actuelle, il n'existe pas de moyen simple de se protéger de cette attaque. En attendant une mise à jour, la solution la plus courante semble d'éditer le registre pour empêcher le lancement de l'outil de diagnostic depuis Word. Pour ce faire, il faut créer la valeur EnableDiagnostics dans HKLM\SOFTWARE\Policies\Microsoft\Windows\ScriptedDiagnostics et la mettre à 0.

Mais attention, cette solution est réservée aux utilisateurs avancés. Toute erreur de modification du registre risquerait d'endommager le système et empêcher l'ordinateur de démarrer.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !