Arme acoustique de l’armée américaine utilisée dès les années 1970. Image d’illustration. © US Army
Tech

Le mystère des « attaques acoustiques » contre des Américains à l'étranger enfin élucidé ?

ActualitéClassé sous :cyberguerre , acoustique , micro-onde

[EN VIDÉO] Cyberespionnage : quelles sont les menaces ?  Ingérence dans les élections, vol de données industrielles, piratage de systèmes militaires… Le cyberespionnage a connu une envolée ces deux dernières décennies. 

Cela fait presque cinq ans que des fonctionnaires américains sont victimes de maux inexpliqués dans certains pays où ils sont basés. Ces troubles auraient pour origine des attaques ciblées qui portent le nom d'attaques acoustiques et selon Washington, des agents du GRU russes seraient à la manœuvre.

Voilà cinq ans que de mystérieux maux touchent le personnel diplomatique ou certains agents des administrations américaines situés à l'étranger. Des troubles cérébraux qui ont été regroupés sous le terme « syndrome de la Havane ». Vertiges, nausées, acouphènes, irritabilité, céphalées..., ces symptômes étranges et parfois persistants ont touché environ 130 de ces personnels depuis 2016. Après analyses, les cerveaux des victimes connaissaient des liaisons cérébrales causées par un élément extérieur. Les autorités américaines soupçonnent l'utilisation d'un équipement spécial dirigeant des micro-ondes pulsées vers leur cible. Les Américains ont baptisé cette menace « attaque acoustique ». En novembre dernier, ce mystérieux mal aurait encore frappé, mais cette fois-ci au cœur de la Maison Blanche. Pour le coup, les 18 agences de renseignement fédérales américaines se concentrent désormais sur l'enquête afin d'en démasquer rapidement les auteurs.

Or, selon trois sources évoquées par le média américain Politico, les autorités suggèrent que le GRU, l'agence d'espionnage militaire russe pourrait être à l'origine de ces étranges attaques. Pourtant, pour le moment, aucun indice ne relie cette affaire au GRU, ni au Kremlin.

« It looks, smells and feels like the GRU »

Souvent impliqué dans les cyberattaques, ou l'ingérence dans les élections avec son arsenal mixant cyberarmes et cyberinfluence, le GRU est la seule agence de renseignement qui pourrait avoir sa place dans chacun des endroits où les incidents suspects se sont produits, y compris aux États-Unis. Hormis la Chine ou Israël, ce serait également la seule agence pouvant disposer de la technologie pour mener à bien de telles attaques. Des éléments qui font clairement dire à un ancien responsable de la sécurité nationale intégré à l'enquête, que cette affaire à tout l'air de provenir du GRU. Selon les autorités, les deux autres pays pouvant utiliser de tels moyens n'opèrent pas dans les secteurs où les incidents sont survenus. Reste à savoir quel intérêt aurait le Kremlin à procéder à de telles attaques.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !