Mainbot, une start-up française incubée à l'école Polytechnique, a lancé son ICO — pour Initial coin offering — une sorte de levée de fonds avec sa propre cryptomonnaie afin de poursuivre le développement de son robot éducatif, « Winky » et de créer un métavers, le Winkyverse, qui initiera les enfants aux technologies du futur à travers tout un écosystème blockchain. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] iPhone et réalité augmentée : il recrée l'univers de Matrix dans son salon grâce au Lidar L'implémentation récente de la technologie Lidar aux iPhone 12 Pro et Pro Max permet de créer des univers en réalité augmentée d'une qualité époustouflante ! © Olivier Goguel

Métavers par-ci, métavers par-là. C'est simple, on ne parle plus que de ça depuis quelques mois. Une start-up française incubée à Polytechnique, Mainbot, vient d'annoncer la création de son propre métavers, le Winkyverse. Son ambition : créer un univers numériquenumérique pour initier les enfants aux technologies encore méconnues comme la blockchainblockchain, la cryptomonnaiecryptomonnaie ou encore les NFT. Le Winkyverse bénéficiera de sa propre cryptomonnaie -- les Winkies -- et utilisera la technologie blockchain de l'ethereum. Seuls les Winkies seront acceptés comme moyen de paiement. Le début d'un véritable écosystèmeécosystème.

Voir aussi

Facebook va recruter 10.000 ingénieurs en Europe pour son métavers

Cette cryptomonnaie -- Winkies -- a fait l'objet d'une première émissionémission de jetonsjetons le 25 octobre (en anglais ICO pour Initial coin offering). Pour faire simple, c'est une sorte de levée de fonds de cryptomonnaies. Pour accompagner ce départ, Mainbot a dévoilé sa première collection de 12.111 NFT, surnommé les Winkybots. Ces jetons non fongibles ont une importance particulière, car ils pourront être utilisés dans le Winkyverse sous la forme d'avatar et il sera possible de les imprimer directement en 3D. 

Développer des compétences

Mainbot ne sort pas de nulle part. Son robotrobot éducatif, « Winky » est déjà disponible chez plusieurs revendeurs français comme la Fnac, le Bon Marché ou encore Natures et Découvertes. À la base, ce robot est destiné à l'enseignement de la programmation et du code basique pour les enfants de 5 à 12 ans. Le développement de ce métavers vient accélérer le processus éducatif voulu par l'entreprise en combinant un certain nombre d'enjeux technologiques comme la blockchain, les NFTNFT, la réalité augmentée ou encore l'intelligence artificielle. Le Winkyverse souhaite devenir un monde numérique en 3D où les utilisateurs pourront interagir, jouer et surtout apprendre. Les enfants auront aussi l'opportunité de devenir des entrepreneurs numériques en créant et monétisant leurs propres jeux éducatifs. 

Le Winkyverse a pour ambition de devenir le premier métavers dédié à l'Éducation. © The Winkyverse

Deux modules vont permettre de créer le métavers : Winkyplay et Winkymaker. Winkyplay va rassembler des centaines de jeux développés par des éditeurs de jeux vidéo, mais aussi les jeux réalisés par la communauté. Ces jeux visent à développer des compétences comme la mémoire, la logique, la rapidité d'exécution ou encore les réactions. De l'autre côté, Winkymaker souhaite offrir la possibilité aux utilisateurs de concevoir des accessoires ou des stylesstyles pour leur avatar-robot. Ces créations pourront être transformées en NFT, puis être vendues directement sur différentes places de marché comme OpenSea ou encore celle de Coinbase. Ce projet extrêmement ambitieux autour du métavers est un challenge excitant. Reste à voir si les promesses deviendront réalités.

Le saviez-vous ?

Note de la rédaction : le terme « métavers » est la contraction de l'expression anglaise meta-universe ; ce qui donne en français, « méta-univers ». En conséquence, la graphie de ce mot s'écrie sans la lettre « e » à la fin. Voilà qui explique pourquoi ce terme s'écrie ainsi : métavers et non « métaverse ».