Sciences

Nébuleuse d'Orion : une pouponnière d'étoiles dans la constellation du chasseur

VidéoClassé sous :Nasa , Orion , Hubble

-

Cette superbe animation a été réalisée par des équipes du STScI et du Caltech à partir d'images du télescope spatial Hubble (essentiellement dans le visible) et du télescope spatial Spitzer (exclusivement en infrarouge). On y voit aussi des observations effectuées depuis le sol dans la gamme des ondes millimétriques. La simulation d'un survol (qui s'effectuerait à une vitesse supérieure à celle de la lumière) a été obtenue à l'aide de techniques utilisées dans le cinéma.

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

La nébuleuse d'Orion est un vaste nuage de gaz, de 33 années-lumière de large, situé à 1.350 années-lumière de la Terre. Elle est bien visible dans la constellation d'Orion, et se montre, surtout en hiver, dans l'hémisphère Nord. Un petit instrument suffit à la repérer, du côté de l'épée d'Orion, ce soldat dont trois étoiles alignées, facilement reconnaissables, représentent le baudrier.

Décrite pour la première fois en 1610, elle a été intégrée au catalogue de Messier sous le numéro 42 et est toujours connue des astronomes amateurs en tant que « M42 ». Les professionnels, eux, préfèrent le matricule « NGC 1976 » (NGC pour New General Catalog).

Si cette nébuleuse apparaît comme éclairée de l'intérieur, c'est qu'elle est très riche en étoiles brillantes. Les astronomes nomment ce genre d'endroit des pouponnières d’étoiles. On pourrait même parler de maternité car ces nébuleuses sont un lieu de naissance de nouvelles étoiles. Le gaz y est assez concentré pour qu'en certains endroits, la densité dépasse une valeur critique, provoquant un effondrement par une sorte d'effet boule de neige : plus la masse concentrée grossit, plus elle attire le gaz environnant, grossissant d'autant plus. Pression et température augmentent, très localement, jusqu'à l'explosion qui créera une étoile.

Lieu de naissance de nouveaux mondes

Ce gaz est également riche en poussières, venues de l'explosion finale d'étoiles plus anciennes. Emportées en tourbillons autour de l'astre naissant, elles s'agrègeront en cailloux, en rochers, en astéroïdes et finalement en planètes. Un endroit comme la nébuleuse d'Orion est donc aussi un lieu de formation de systèmes planétaires. Le nôtre est né ainsi.

La nébuleuse d'Orion fait partie d'un ensemble bien plus vaste, plus difficile à saisir dans un instrument, le Nuage d'Orion. On y trouve une nébuleuse plus petite, dite de la Tête de cheval, à cause de sa forme, bien sûr. Elle contient aussi un amas ouvert, le Trapèze, un groupe de jeunes étoiles nées au même endroit et qui ne se sont pas encore éloignées les unes des autres. Cette région du ciel nous offre ainsi une vision de la jeunesse des systèmes planétaires, en quelque sorte depuis la naissance jusqu'à l'adolescence.

© ESO, Nasa, Adrien Mauduit