Sciences

Exploration spatiale : la Nasa construit le spatioport du futur

VidéoClassé sous :Espace , exploration spatiale , Nasa

Drôle de ballet au Centre spatial Kennedy, en Floride (États-Unis). Le site historique, d'où des astronautes sont partis vers la Lune et d'où a décollé la voiture d'Elon Musk, doit être intégralement réaménagé pour accueillir le SLS (Space Launch System), futur lanceur lourd de la Nasa.

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Fondamentales au sens propre du terme, les installations au sol font partie des missions vers l'espace et doivent évoluer avec elles. Le vénérable Kennedy Space Center (Centre spatial Kennedy), créé en 1959 sur l'île Merritt, en Floride (États-Unis), a connu bien des aménagements. Au début des années 1960, il a fallu réaliser, à côté de la base militaire Cape Canaveral, d'où partaient alors tous les vols vers l'espace, habités ou non, un autre centre de lancement. L'ensemble, désigné sous le nom de Cape Canaveral, prendra ensuite le nom de Cape Kennedy.

La nouvelle plate-forme devait accueillir les 3.000 tonnes de l'énorme Saturne V, le lanceur des missions Apollo vers la Lune. Une décennie plus tard, le Kennedy Space Center est de nouveau modifié, le site retrouvant au passage son nom de Cape Canaveral. Il faut alors lancer un engin d'un nouveau genre : la navette spatiale. Avec un rythme de lancements que l'on espère à l'époque faire monter à un par mois, toutes les servitudes au sol doivent être repensées.

L’Exploration Ground Systems prépare les vols du futur

Après l'arrêt des navettes spatiales, l'astronautique américaine entre dans une période de marée basse, qui s'améliore avec l'arrivée d'acteurs privés. Le Centre spatial Kennedy leur ouvre ses portes et plusieurs lancements y sont réalisés. En février 2018, l'entreprise SpaceX, d'Elon Musk, fait décoller son lanceur lourd Falcon Heavy, avec une Tesla et un mannequin en guise de charge utile, depuis le pas de tir historique 39A, d'où sont parties les missions Apollo.

Aujourd'hui, il s'agit d'adapter les installations au sol, baptisées Exploration Ground Systems, au futur grand lanceur de la Nasa, le SLS (Space Launch System). À partir de 2019, et durant les décennies à venir, celui-ci doit envoyer des astronautes vers la Lune, des astéroïdes ou la planète Mars. Alors, il faut modifier, découper, démonter, arranger, adapter, compléter, agrandir, déplacer, abaisser, rehausser... C'est ce que montre cette vidéo au rythme groovy.

© Nasa