Sciences

Les événements astronomiques et spatiaux à ne pas manquer en 2020

VidéoClassé sous :Astronomie , Eclipse annulaire de Soleil , Astronautique

Voici tout ce qu'il ne faudra pas manquer en 2020 dans le ciel et l'espace. Des pluies d'étoiles filantes exceptionnelles, des planètes au plus près de la Terre et de grands départs de missions spatiales vers le Soleil et surtout Mars.

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

2020, c'est le moment, pour les nouveaux rovers de la Nasa et de l'ESA, de partir pour Mars. La fenêtre de tir pour ces deux grandes missions s'ouvre cet été, entre fin juillet et début août, à la faveur de l'opposition de la Planète rouge, le 13 octobre. La distance entre nos deux mondes sera en effet au plus bas depuis deux ans. Une occasion que ne veulent pas manquer aussi la Chine, qui fera sa première incursion sur Mars avec Huoxing 1 et son rover, et les Emirats arabes unis, qui vont envoyer la sonde Mars Hope.

Les Quadrantides, la première pluie d'étoiles filantes de l'année, photographiée ici par Petr Horalek. © P. Horalek, Apod, Nasa

Deux rovers pour rechercher des traces de vie sur Mars

Mars 2020, qui recevra un nom officiel début mars, atterrira dans le cratère Jezero en février 2021. Là-bas, il pourra déployer un drone-libellule qui sera le premier engin à voler dans l'atmosphère de Mars. Mais ce n'est pas tout bien sûr, le rover d'une tonne partira à la recherche d'anciennes traces de vie possibles dans cette région qui fut très humide il y a plus de 3,5 milliards d'années.

Le rover européen ExoMars alias Rosalind Franklin affiche lui aussi les mêmes ambitions de débusquer des fossiles de micro-organismes. Et c'est dans le sol de la région d'Oxia Planum qu'il mènera l'enquête, armé, entre autres, d'une foreuse qui pourra creuser jusqu'à deux mètres de profondeur.

2020 est pleine de promesses pour ces grandes missions spatiales vers Mars et le sera aussi pour les Américains qui, grâce aux capsules de SpaceX et Boeing, ne dépendront plus des lanceurs Soyouz pour rejoindre la Station spatiale internationale. Une première depuis la mise à la retraite, en 2011, de la navette spatiale.

© Futura