Sciences

Embarquement immédiat pour la nébuleuse de la Lagune

VidéoClassé sous :Espace , Nasa , Galaxie

-

Le télescope spatial Hubble nous offre un vertigineux plongeon dans la région centrale de la Voie lactée, jusqu'à la nébuleuse dite « de la Lagune » (ou du Lagon). La construction de la vidéo image par image donne à voir des structures gazeuses immenses, presque en trois dimensions, qui se mesurent en années-lumière. En leur sein, des étoiles naissent devant nos yeux.

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

La nébuleuse de la Lagune (ou du Lagon) se cache dans un endroit très encombré, visible depuis la Terre dans la constellation du Sagittaire. Nous regardons là vers le centre de notre Galaxie, que nous appelons aujourd'hui la Voie lactée. Braquant sa lunette dans cette direction, Galilée avait constaté qu'outre des nébulosités, cette région abritait une forte concentration d'étoiles. Il en conclut que cette Voie lactée qui barrait la voûte céleste était plus lumineuse que le reste du ciel nocturne simplement parce qu'il s'y trouve davantage d'étoiles.

Un des plus beaux objets du Sagittaire est sans conteste cette magnifique nébuleuse, visible à l'œil nu dans un ciel dégagé. Celle-ci a pris son nom de Lagune au XIXe siècle mais elle a été découverte et décrite bien plus tôt. Au siècle précédent, elle avait été intégrée au catalogue de Messier sous le numéro 8 et elle est donc encore aujourd'hui appelée M8 par les astronomes amateurs (et NGC 6523 par les professionnels). Grâce à ses dimensions (110 années-lumière de large) et à sa luminosité, elle s'observe facilement avec un instrument modeste : paire de jumelles, lunette astronomique ou télescope. Toutefois, ses couleurs n'apparaîtront bien à l'astronome amateur qu'avec un instrument de grand diamètre ou, mieux encore, avec un appareil photographique permettant de laisser le diaphragme ouvert suffisamment longtemps pour accumuler la lumière sur le capteur (nos yeux, eux, effacent l'image tous les vingt-cinquièmes de seconde).

La nébuleuse de la Lagune est une pouponnière d'étoiles

On voit ici un plongeon vertigineux jusque dans la nébuleuse, une animation bien sûr construite image par image et sur une longue période d'observation. L'impression est celle d'un voyage au milieu des nuages. Mais ici, chacun de ces nuages se mesurerait en années-lumière ou en dizaines d'années-lumière. Si ces formations sont lumineuses, c'est parce que des astres les éclairent, de l'intérieur ou de l'extérieur.

La nébuleuse de la Lagune est en effet un lieu de formation d'étoiles, qui naissent là où la concentration de gaz (essentiellement de l'hydrogène) dépasse une valeur critique. Entraînée dans un tourbillon de plus en plus rapide et serré, la matière (gaz et poussières) s'accumule, se concentre, se densifie et, par une sorte d'effet boule de neige, attire encore plus de matière quand la masse centrale se fait plus grande. Au cœur, une étoile s'allume et, autour d'elle, les poussières s'agrègent en cailloux, en rochers, en planétésimaux puis en planètes. Des mondes apparaissent... La nébuleuse de la Lagune abrite d'ailleurs un amas ouvert (comme les Pléiades), numéroté NGC 6530, composé d'étoiles très jeunes.

© Nasa, ESA, G. Bacon, D. Player, J. DePasquale, F. Summers, Z. Levay (STScI)